La roulotte de Zoé – Claude Clément & Magali Dulain

Titre: La roulotte de Zoé
Auteur: Claude Clément & Magali Dulain
Éditeur: Éditions des éléphants
Nombre de pages: 32
Quatrième de couverture: Il était une fois une petite fermière qui, après avoir été chassée de sa maison, s’aménage un douillet chez soi dans une petite roulotte de bois. Elle vit là avec sa chevrette et son chat, jusqu’à ce que frappent à la porte un écureuil, une petite poule, un vieux cheval… La petite bonne femme ouvre chaque fois ses bras et son cœur. À chaque nouvel arrivant, on se serre un peu, mais on est plus heureux…

J’ai choisi cet album dans le cadre du mois sur le thème des véhicules. Je cherchais des lectures qui sortaient de l’ordinaire, qui soit différent des traditionnelles voitures, camions et autres. La roulotte cadrait tout à fait : une maison qu’on peut utiliser comme véhicule, et c’est le cas ici.

Zoé vit avec sa chevrette et son chat dans une petite maison. Quand des industriels débarquent pour implanter des routes commerciales, elle ne voit d’autres solutions que de quitter les lieux, accompagnée de ses animaux. Mais peu lui importe “du moment qu’ils sont tous les trois” .
Après une saison d’errance dans les bois, ils trouvent une roulotte abandonné et s’y installent. Ils seront “presque bien tous les trois“.
Ils sont rejoints au fil des pages par d’autres animaux et construisent un foyer dans la roulotte car “des cœurs unis dans un cabas créent du bonheur où que ce soit…

J’ai beaucoup aimé les illustrations. Je ne saurais pas dire en quoi ni pourquoi elles m’ont tellement tellement plu, mais j’ai bien accroché.
Le thème est sympathique,réconfortant et tout doux, je pense qu’il plaît bien aux tout-petits que je garde parce qu’ils se sont montrés calmes et attentifs au récit, ainsi, quand la roulotte s’est mise à se déplacer, ça les a fascinés… Mais pas autant que l’otarie au nez rouge et à la culotte.

Le texte me laisse cependant perplexe… Parfois, des passages entiers riment à chaque ponctuation, ce qui est plaisant et rythme le récit, mais parfois rien sur une ou deux phrases. Ça donne une sensation bancale assez désagréable et qui casse la cadence de lecture.
J’ai bien aimé cette histoire et je prends plaisir à la relire quand je peux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *