Contes du Japon – Pascale Fontaine & Yann Breton

Titre : Contes du Japon
Auteur : Pascale Fontaine
Illustrateur : Yann Breton
Éditeur : Cipango
Nombre de pages : 96
Quatrième de couverturePour découvrir les légendes et les traditions du Japon. Pour comprendre la vénération de la nature et le raffinement esthétique d’un pays fascinant.

Je dois vous faire un aveu : ces prochains jours, vous allez voir passer quelques chroniques de romans dont le thème est les mythes japonais parce que, comme je l’annonçais hier dans mon article sur le recueil Contes japonais, je suis en phase de recherche pour l’écriture d’un manuscrit et comme je suis légèrement monomaniaque sur les bords, je vais lire tous ceux que je possède cette semaine.
Quand j’ai fait ma recherche au Camphrier (boutique spécialisée dans le manga et qui a étendue son activité à d’autres ressources issues du Japon) d’ouvrages pouvant me servir, il y avait celui-ci dans le tas.

J’avais hésité à le prendre, redoutant que les informations soient trop générales. Je ne me leurre pas, c’est le cas : je connaissais pas mal de données dont certaines que j’avais oubliées donc ça m’a rafraîchi la mémoire. Par contre, certains détails que j’ignorais pourront me servir (j’ai toujours dit que c’est aux petits détails qu’on reconnaît une grande histoire), même si je déplore qu’ils n’aient pas été exploités de manière plus complète. Voyons les choses du bon côté, ça me donne de nouvelles pistes pour d’autres recherches.

Il est composé de 10 contes : certains célèbres comme Momotaro ou la princesse des bambous et d’autres moins connus comme les Jizô aux chapeaux de paille.
Chaque histoire est suivie d’une double page documentaire illustrée avec des textes explicatifs très courts sur des thèmes chers aux Japonais (le shintoïsme, le bouddhisme, les différentes fêtes, les monstres et démons, les costumes, etc)
J’ai bien aimé les récits : si la plume de l’auteur n’est pas transcendante, elle a le mérite d’avoir su garder l’âme des contes japonais tout en les rendant accessibles à un public novice.
Quant aux illustrations, je les ai trouvées sympathiques : elles s’harmonisent parfaitement avec le sujet et favorisent une ambiance nippone.
C’était une bonne lecture, rapide à lire et plaisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *