Monster House

Titre : Monster House
Réalisateur : Gil Kenan
Date de sortie : 2005
Durée : 1h31
Genre : Animation
Synopsis : D.J. Walters, un petit garçon de 12 ans est doté d’une imagination débordante. C’est pourquoi personne ne le prend au sérieux lorsqu’il fait part de ses craintes au sujet de son horrible voisin qui terrorise tous les enfants du quartier. Il est en effet persuadé que celui-ci est responsable de la disparition mystérieuse de sa femme. Il a également remarqué d’autres phénomènes inquiétants se déroulant dans la maison de ce dernier. Ce que personne ne sait, c’est que D.J. n’invente rien et que cela va empirer.

J’avais prévu de regarder Monster House le soir d’Halloween. Puisqu’on était confinés, autant regarder un truc sympa. Finalement, j’ai été trop prise ce soir-là, donc je me suis rattrapé le dimanche de la Toussaint.

Les parents du jeune DJ partent et le laissent sous la surveillance d’une baby sitter qu’ils estiment digne de confiance… en réalité, elle est horrible, mais elle a peu de place dans l’histoire. Ce qui prend beaucoup d’énergie à DJ, c’est d’observer son voisin acariâtre qui pique une crise chaque fois que quelqu’un ose poser le pied sur la pelouse de sa maison. Le jeune garçon se prend la tête avec le vieux qui fait alors un malaise et est emmené à l’hôpital. Libre de toute surveillance, la maison monstrueuse se réveille.

Je ne peux plus en dire davantage sans spoiler. L’histoire est assez basique et pas forcément intéressante, même si j’ai aimé l’explication sur ce qui a transformé la maison en monstre et c’est vraiment le seul point positif.
Les personnages ne sont pas particulièrement attachants : DJ m’a laissée indifférente, Chamallow m’a énervée, seule Jenny passe à peu près – mais pas au début.

L’animation est pourrie ; des recherches que j’en ai faites, c’est le second film en motion picture après le Pole Express (j’ai presque honte de comparer les deux) et c’est nettement moins réussi. Les cheveux des personnages sont figés, on aurait presque dit que c’était de la pâte à modeler tellement c’était grossier.
Ça fait une semaine que je cherche quoi dire d’autre, mais rien ne vient d’autre.

Je trouvais l’affiche trop classe et j’avais hâte de le voir… j’espérais qu’il soit un brin angoissant, mais non. En résumé, c’est un film très moyen et je me suis ennuyée.

Automne Douceur de vivre :
Il fait un temps épouvantail ! (Halloween, Samhain, Automne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *