Comme ton ombre – Elizabeth Haynes

Titre : Comme ton ombre
Auteur : Elizabeth Haynes
Éditeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 474
Quatrième de couverture : Imaginez qu’avant de pouvoir rentrer chez vous, vous soyez obligé de faire le tour du bâtiment afin de vérifier que tout est normal. Imaginez qu’une fois dans le hall de votre immeuble, vous deviez vérifier six fois que la porte d’entrée est bien fermée. Une, deux, trois, quatre, cinq, six. Et que si vous êtes interrompu en plein rituel, il faille tout recommencer. Imaginez que, arrivé chez vous, vous tourniez la poignée de votre porte six fois dans un sens, puis six fois dans l’autre pour vous assurer d’être en sécurité. Que vous restiez plusieurs minutes derrière la porte, à l’affût du moindre bruit dans la cage d’escalier. Et que, tous ces contrôles effectués, vous commenciez une ronde dans votre appartement. Fenêtres, rideaux, tiroirs, tout doit passer au crible de votre attention. Imaginez aussi que vous ne puissiez faire les courses que les jours pairs et pratiquer un sport les jours impairs, mais à condition que le ciel soit nuageux ou qu’il pleuve.
Bienvenue dans l’univers paranoïaque de Cathy, une jeune Anglaise à qui la vie souriait jusqu’à ce qu’un soir elle fasse une mauvaise rencontre…

J’avais entendu beaucoup de bien de ce roman et ça fait longtemps que j’ai envie de le lire – un peu comme tous les bouquins qui sont dans ma Pile à Lire, vous me direz. C’est pas faux.

On découvre Catherine Bailey à deux périodes de sa vie, les chapitres alternent entre 2003/4 et 2007/8.
En 2003, elle vit en Angleterre à Lancaster et est une femme pleine de vie qui aime faire la fête, sortir avec ses copines et se taper des mecs… jusqu’au jour où elle s’éprend d’un videur. À partir de là, commence sa descente aux enfers, celle qui va transformer sa vie en cauchemar.
En 2007, elle habite à Londres. Un terrible événement l’a marquée et changée à jamais : elle n’a plus d’amies ni de petit copain. Elle est criblée de TOCs et d’angoisse suite à une série de tragiques événements. Quand un nouveau voisin emménage, il comprend rapidement les pathologies qui handicapent Catherine et l’aide à s’en sortir.

Au fil des pages, on se pose beaucoup de questions. L’auteure y répond progressivement et on découvre ce qui est arrivé à l’héroïne, mais aussi les événements qui vont encore la frapper. Et j’ai grandement apprécié ça.
Je suis partagée quant à cette lecture, elle m’a laissée une sensation étrange, un sentiment inachevé, un comble puisque l’histoire est complète, aucune des interrogations soulevées n’est oubliée.
Certains passages m’ont saoulée, notamment ceux où elle décrit son amour pour Lee ou les scènes de sexe qu’ils partagent, néanmoins ça ne m’a pas poussé à stopper ma lecture – il ne m’a fallu moins de 5 jours pour le terminer alors qu’il fait plus de 450 pages. J’avais besoin d’avoir le fin mot de l’histoire, de découvrir pourquoi les amies de Catherine l’avaient abandonnée, ce qui avait provoqué les TOCs de l’héroïne, mais également les détails du jour où elle a failli mourir.
Ce roman a titillé ma curiosité, une curiosité malsaine avec un côté voyeurisme que je ne me connais pas et qui m’a dérangée.

C’est peut-être la raison qui fait que je n’ai pas réussi à trouver cette lecture passionnante. Ça n’empêche que ce thriller était bien et je l’ai aimé, mais pas ce que j’aurais dû. Ça me laisse un arrière-goût bizarre.

Automne frissonnant :
Je suis Médée, vieux crocodile ! (Trahison, Thriller, Policier, Horreur, Épouvante)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *