Erik le Viking – Terry Jones

Titre : Erik le Viking
Auteur : Terry Jones
Éditeur : Bragelonne
Nombre de pages : 190
Quatrième de couverture : « Voici l’histoire d’un guerrier viking qui vivait il y a des siècles et des siècles. Il s’appelait Erik. » Erik n’est pas un viking comme les autres. Avec sa bande de fidèles compagnons, il fait voiles en quête du pays où le soleil se couche le soir venu. Mais il trouvera bien plus ! Un dragon, une enchanteresse, le Vieil Homme de la Mer, des Hommes-Chiens ainsi que des géants qui feront de sa traversée une grandiose et palpitante épopée.
Une fable sur le voyage pleine d’humour et de clins d’ il aux sagas islandaises et aux contes norvégiens, narrée avec truculence par le plus érudits des Monty Python et magnifiquement illustrée par Boulet.

C’est un livre qui a été écrit en 1983 et ça se sent que c’est vieux !
Erik le viking part avec son équipage afin de trouver le pays où le soleil se couche le soir venu. Ils prennent donc la mer sur leur bateau, le dragon doré. C’est alors que commence son épopée.
Ainsi, chaque chapitre fait vivre une nouvelle aventure aux héros de ce roman.
Sur bien des points, ce voyage m’a fait penser à l’Odyssée d’Ulysse… un peu trop d’ailleurs.

Je réfléchis depuis hier à ce que je vais pouvoir dire sur cette lecture et rien ne me vient… donc je vais commencer par le début et ce qui m’a poussée à acheter ce roman : la quatrième de couverture. “Une fable […] narrée avec truculence par le plus érudit des Monty Python“… avec une telle annonce, je m’attendais à rire. Et ce n’est malheureusement pas le cas… il y a bien des passages qui m’ont fait sourire, mais sans plus. J’avoue que je suis un peu déçue.
Le bon côté, c’est que les chapitres ne font que quelques pages (5 en moyenne), donc les aventures sont courtes. Et ça se lit rapidement.
J’ai bien aimé les illustrations : pour la plupart, elles sont amusantes. J’ai pris plaisir à m’y attarder… par contre, elles sont un peu trop foncées, et elles y perdent.

Le personnage d’Erik est malin et heureusement pour lui parce que ça lui a permis de se sortir de bien des situations, mais je n’ai pas réussi à m’attacher à ce viking. Mon préféré est, sans nul doute, Thorkhild, ce n’était pas le cas au début, mais au fil des pages, ça s’est amélioré et j’étais contente les moments où il entrait en scène. Il en est de même pour Sven le fort.
Les autres ne m’ont fait aucun effet. D’ailleurs cette lecture m’a laissée indifférente… dommage.

ABC Imaginaire 2021 – lettre J :
05/26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.