Enola & les animaux extraordinaires, tome 4 : Le yéti qui avait perdu l’appétit – Joris Chamblain & Lucile Thibaudier

Titre : Le yéti qui avait perdu l’appétit
Saga : Enola & les animaux extraordinaires, tome 4
Scénario : Joris Chamblain
Illustrations : Lucile Thibaudier
Éditeur : La Gouttière
Nombre de pages : 32
Quatrième de couverture : Caché au coeur d’un Muséum d’Histoire Naturelle se trouve le cabinet d’Enola, une vétérinaire hors du commun. Sa spécialité ? Les animaux des contes et légendes ! Centaures, trolls et autres licornes n’ont aucun secret pour elle.
Avec son compagnon de route Maneki et à l’aide des inventions du génial Archibald, elle parcourt le monde pour soigner les maux des créatures extraordinaires.
La petite souris n’est pas passée ? Votre minotaure semble égaré ? Demandez conseil à Enola, elle saura vous aider !
Accompagnée de son chat Maneki, elle s’envole à bord de son hélicoptère dans les hautes montagnes pour aider un yéti qui ne veut plus manger.

Dans ce quatrième tome, Enola nous emmène dans un lieu qui ressemble étrangement au Tibet pour un problème de yéti et comme le demande Maneki, est-ce que “le yéti a un problème ? Ou le yéti est un problème ?
On a la réponse dès que nos héros arrive au temple bouddhiste : un des moines leur raconte les rapports qu’ils entretiennent avec cette créature. Ils lui offrent des offrandes en échange de sa protection contre les tigres des neiges… le soucis est que cela fait un moment que le yéti n’a plus touché de nourriture. Les moines l’auraient-ils offensé ?
C’est ce que va devoir élucider Enola.

Contrairement au précédent, Maneki est plus présent dans les actions autant que les discours. Enola et lui reprennent un rôle plus important dans le récit, ce qui est appréciable parce qu’ils me manquaient un peu.
Le contexte tient également une place primordiale, cette fois : l’histoire du temple bouddhiste s’ancre dans celle du yéti et vice versa. J’ai adoré cela, ça ajoute beaucoup à l’ambiance… et puis ça se passe dans un décor hivernal, surtout neigeux en fait, je m’y suis sentie bien.
Les dessins ont aussi contribué à ce bien-être. Ils sont chouettes, comme dans les précédents et j’ai pris beaucoup de plaisir à m’attarder sur chaque vignette.

Dans ce numéro, je n’ai pas réussi à anticiper l’intrigue, pas davantage ce qui arrive au yéti et c’est fort plaisant.
J’ai adoré ce quatrième tome… je crois que de tous, c’est mon préféré ! Il faudra que je me procure le cinquième.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.