L’Épouvanteur, tome 09 : Grimalkin et l’épouvanteur – Joseph Delaney

Titre : Grimalkin et l’épouvanteur
Saga : L’Épouvanteur, tome 09
Auteur : Joseph Delaney
Éditeur : Bayard (Jeunesse)
Nombre de pages : 315
Quatrième de couverture : Tandis que Tom, Alice et l’Epouvanteur retournent à Chipenden, John Gregory compte rebâtir sa maison, brûlée par les envahisseurs qui ont ravagé le Comté, Grimalkin s’efforce de rejoindre la tour Malkin, pour y cacher la tête du Malin (que Tom a tranchée en Irlande). C’est dans cette tour que les soeurs de la mère de Tom, deux sorcières lamias, gardent de précieuses malles. Car ces dernières renferment des secrets qui permettraient à Tom de vaincre le Malin. Seulement, un groupe de sorcières, alliées du diable, pourchassent Grimalkin : elles veulent à tout prix récupérer la tête. Elles sont accompagnées d’un mage redoutable et d’une terrible créature mi-humain mi-loup, conçue par magie noire. Au cours d’un affrontement, le monstre hybride blesse Grimalkin. Si la sorcière en réchappe, elle reste néanmoins affaiblie par le poison distillé dans son sang…Tom Ward, son maître John Gregory, et Alice peuvent-ils encore compter sur elle ?

Ce n’est pas un tome comme les autres, pour la simple et bonne raison que, cette fois, le narrateur n’est pas Tom Ward, mais la sorcière Grimalkin.
Si le fait de découvrir son récit m’a surprise au début (faut dire que je ne m’y attendais pas du tout), je savais dès les premières lignes que j’adorerais cette histoire. Et puis, c’est un personnage qu’on avait déjà rencontré et qui me plaisait bien : elle est loyal à sa ligne de conduite et j’apprécie énormément ça. Rajoutons qu’elle est la redoutable tueuse du clan Malkin, donc ça ne pouvait que swinguer.

Replaçons le contexte : elle a quitté l’Irlande avec la tête du Malin dans un sac avant l’Epouvanteur et son apprenti.
Dès le début de ce neuvième tome, on la retrouve dans le Comté où elle fuit les partisans du diable. Pour la buter et récupérer la tête de leur maître, ils ont invoqué une abominable créature : le kretch qui la poursuit. Le monstre est rapide et a tôt fait de la rattraper, elle se bat à merveille et n’a pas de mal à la blesser suffisamment pour qu’il ne puisse plus la pourchasser… alors ça, c’est sa première erreur : pressée par le temps, elle l’a laissé vivre – bordel, le tuer ne lui aurait pas pris plus de temps et aurait éviter toute la merde qui suit… OK, il fallait bien une telle bourde pour qu’il y ait une histoire…
Deuxième erreur : être blessée par le kretch… c’était sûr que les sorcières ennemies avaient fait en sorte que ses griffes soient empoisonnées.
Du coup, ça tourne mal pour la tueuse la plus puissante du clan Malkin. Elle n’a d’autres choix que de demander de l’aide. Or, peu de personnes ont sa confiance, mais c’est le cas pour :
– Agnès, la tante guérisseuse d’Alice
– Thorne, la jeune sorcière que Grimalkin forme en secret

Le gros point fort et qu’on découvre l’envers du décor de l’univers des épouvanteurs : certains rituels de sorcières notamment comment elles retrouvent leur puissance après l’avoir vidé, la passation de pouvoir entre tueuses, les guerres entre les 3 clans les Malkin, les Deane et les Mouldheel (ces derniers ne sont que vaguement évoqués), etc.
Ce récit, c’est une course-poursuite. Du début à la fin, je me suis sentie traquée au même titre que Grimalkin, c’était époustouflant. Malheureusement, ça se passe très mal, et ça aussi, ce fut une surprise. L’héroïne prend cher… et y a pas qu’elle.
J’ai déjà parlé d’elle et je l’aime bien.

Il convient maintenant de faire le point sur les personnages :
Thorne est comme sa maîtresse, aussi juste et droite qu’elle. Et l’attachement que Grimalkin a pour elle est palpable et communicative. Je l’ai adorée.
Agnès que j’ai été ravie de découvrir. Alice nous en parlait souvent, mais ça restait vague… et il me semble qu’on l’a déjà rencontrée, mais elle m’avait semblé assez fade. Là, elle apparaît comme une alliée de choix, ses talents de guérisseuse sont incontestables. J’ai aimé qu’elle soit présente.

Il n’y a qu’un passage qui m’a déçue, et pour ne pas spoiler, je ne dirai que ces deux détails : Wynde à la tour. Je m’attendais à ce que ça pète. Je pense que ceux qui l’ont lu comprendront.
À part cette petite déception, ma lecture a été palpitante. C’était dur de l’abandonner pour des obligations aussi triviales que manger ou dormir, et j’ai été frustrée tout le week-end de ne pas pouvoir lire.
Ce fut un coup de cœur pour ce neuvième tome et j’ai hâte de lire la suite.

 

ABC Imaginaire 2021 – lettre D :
21/26

Automne frissonnant :
Le folklore de Chipenden (Créature surnaturelle, fantastique/Obscure/ Fantasy)

 

Coupe des 4 maisons :
Goutte du Mort-vivant (chasse aux potions) – un livre dans lequel l’un des personnages principaux ou secondaires décède40 points

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.