L’Ombre du chardon, tome 1 : Azami – Aki Shimazaki

Titre : Azami
Saga : L’Ombre du chardon, tome 1
Auteur : Aki Shimazaki
Éditeur : Actes Sud
Nombre de pages : 120
Quatrième de couverture : Mitsuo Kawano est étonné quand il croise par hasard un ancien copain d’école devenu président d’une importante compagnie. Il est encore plus surpris lorsque celui-ci l’invite dans un club très sélect où travaille une autre ancienne camarade de classe, la belle et mystérieuse Mitsuko, devenue entraîneuse. Mitsuo est un homme satisfait, un père de famille attentionné, et il a un bon métier. Certes, son mariage est désormais sexless, mais il se contente de soulager ses besoins dans les salons érotiques. Revoir Mitsuko, son premier amour, le poussera à revisiter ses années de jeunesse et ses rêves d’alors.
Avec ce premier roman d’un nouveau cycle, Aki Shimazaki place sans pitié ses personnages au carrefour de leur vie, là où des choix importants s’imposent, là aussi où se multiplient les inconnus et les possibles.

Je ne sais pas trop ce que je vais dire sur ce roman, non pas qu’il n’est pas bien, au contraire, mais il est court. Le récit est efficace :
Mitsuo est rédacteur dans une revue. Il est marié et a deux enfants, mais son couple ne va pas fort : sa femme et lui s’entendent super bien et s’aiment, mais ils n’ont plus de relation sexuelle depuis plusieurs années.

On découvre leur vie : la manière dont le couple en est arrivé là, le rythme de travail de Mitsuo, le changement de profession de sa femme Atsuko…
Les personnages sont bien dépeints et je n’ai eu aucun mal à croire en leur existence.
Lorsque Gorô réapparaît, c’est le passé de Mitsuo qui ressurgit : il repense à son premier amour, Mitsuko. Et par un heureux hasard, il la retrouve : elle travaille en tant qu’entraîneuse dans un bar et serveuse dans un café.

J’ai bien aimé les personnages :
Mitsuo est humain : il a des défauts et les avoue au lecteur, ça le rend relativement sympathique.
Atsuko me laissait indifférente au début, mais à mesure que j’en ai appris plus sur l’historique de son couple, je l’ai trouvée attachante.
– dans un premier temps, je ne savais pas trop quoi penser de Gorô, quelque chose me dérangeait avec lui, mon instinct me disait de me méfier.
Mitsuko n’est pas assez présente pour que je me fasse une idée précise d’elle. Je crois que je l’aime bien.

C’est un coup de cœur pour ce roman qui m’a été offert par une collègue. Il faudra impérativement que je me prenne la suite.

Coupe des 4 maisons :
Ratatinage (1ère année) – un livre de poche10 points

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.