Battleship

Ohhohohohoho ! Risible ! Et c’est mon dernier mot ! Bon, développons un peu.
Il y a tellement de choses à dire sur ce film que je ne sais même pas par ou commencer.Un gros blockbuster dont je n’attendais absolument rien (heureusement d’ailleurs) et au final, c’était divertissant sans plus. Ça vaut presque les super téléfilms de l’après-midi avec les effets-spéciaux en prime ! La première partie, ça allait à peu près: le héros est super nul, un vrai boulet, c’en est pitoyable mais pitoyablement drôle donc ça passe relativement bien. Le jeu des acteurs est vraiment nul à chier. Les méchants de l’histoire: leur vaisseau nautique est vraiment pas mal, j’ai adoré leur façon de se mouvoir dans l’eau, mais alors les espèces de toupies beyblades destructrices… Comment dire… Pffff -_-‘. Non, le réalisateur n’a pas essayé de harponner les jeunes de moins de 14 ans, du tout ! Bref, un film faible… très faible à tous les points de vue !
Passons aux incohérences (bon, pas toutes, il y en a vraiment trop)… Non, non, finalement, y en a trop. Après, voyons les choses du bon côté: ça nous a permis de nous moquer allégrement en rentrant, du coup, la fin de soirée était festive ! Et je crois bien que de tout le film, le pompon ça restera toujours -en admettant qu’on ait passé sur les détails et accepter les n’importe quoi qu’on a tenté de nous faire gober- c’est le coup du pare-brise du vaisseau ennemi que de simples balles brisent en un clin d’œil…
Mais bien sûr ! C’était tellement réaliste que j’ai pu essuyé mes larmes tellement je riais – c’est parfaitement normal que, lorsqu’on possède la super technologie capable de créer un bouclier  qui isole un bout du Pacifique du reste du monde, on utilise un simple pare-brise pour se protéger du soleil, mais oui ! – Contre-argument: Roooooh, tout de suite! Normal, voyons, ils ont dépensé toute leur technologie pour leur bouclier, z’avaient plus de sousous pour le pare-brise. – Contre-contre-argument: mais bien sûr !
Bon, j’arrête là mon délire entre moi et moi.

Et le pire, j’ai failli zapper ce moment super important – hérésie ! – : LE grand moment super américain (et c’est dommage, le début, ils se partageaient l’affiche avec le Japon, de ce moment-là, ils se sont retrouvés seuls au monde contre les méchants (Biiiyoman-man !) bref, ça sentait pas trop le pro-ricain… jusque Là!) THE moment ou ils dépoussièrent le cuirassé vieux de plus de 50 ans, ainsi que les viocs de 70 piges qui savaient le piloter et tout ça, avec un équipage d’une trentaine de gars, dont facile les deux tiers composés de pépés. Oui, bien sûr (c’est cela même !) et les obus de 250kg à cet âge, on les porte et on recharge les canons les doigts dans le nez !
Risible ! Je l’ai déjà dit?
Bref, si on a juste envie de se lobotomiser devant un film, c’est celui à voir.
Mais RISIBLE ! Il est RISIBLE ! Comment ça, je me répète? Mais non ! -ça doit être l’âge, c’est pour ça ! ^^

Synopsis: Océan Pacifique… Au large d’Hawaï, l’US Navy déploie toute sa puissance , affrontant amicalement la marine japonaise sur différents terrains. Mais bientôt,cinq formes étranges et menaçantes s’écrasent à quelques kilomètres de Pearl Harbor en réponse à des signaux envoyés plus tôt par la NASA. Les forces navales sont donc envoyés pour vérifier de quoi il retourne. Une bataille s’engage alors entre les envahisseurs et les marins ne laissant pratiquement aucune chance à ces derniers, mais c’est sans compter les hommes de l’USS John Paul Jones, le jeune officier Hopper, l’Amiral Shane, le sous-officier Raikes qui vont découvrir que l’océan n’est pas toujours aussi pacifique qu’il y paraît.
La bataille pour sauver notre planète débute en mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *