Mémoire d’une geisha

Après de longs mois d’hésitation, je me suis enfin décidée à regarder ce film basé sur le livre Geisha d’Arthur Golden. J’avais vraiment apprécié le bouquin mais comme je me méfie beaucoup des adaptations cinématographiques, j’avais chaque fois reporté le visionnage du film. Je suis tombée il y a quelques jours dessus alors qu’il était diffusé sur la 6, malheureusement, il avait commencé depuis presque une heure, je me suis donc décidée dans la foulée à regarder le DVD, puisque je me l’étais acheté il y a déjà un long moment. De plus, la lecture du livre remontant déjà à quelques années, au final, je redoutais moins le fait qu’il diffère du bouquin que le fait qu’il ait été fait par des américains. Bon, finalement, il était vraiment bien, le choix des décors, des scènes était étonnamment très beau, très poétique. Ça m’a agréablement surpris. Je n’ai absolument pas vu le temps passer, j’ai beaucoup aimé. j’avais oublié à quel point j’adorais le jeu d’actrice de Gong Li, j’ai d’ailleurs eu pas mal de difficulté à la reconnaitre ne l’ayant plus vu depuis près de 10 ans. Mais son rôle est comme d’habitude fabuleux, j’aurai été déçue si elle avait incarné un autre personnage que celui de Hatsumomo, il était fait pour elle. Ça restera un excellent souvenir, qui m’a d’ailleurs grandement donné envie de relire le bouquin et aussi de relire dans la foulée Mémoire d’une geisha de Yuki Inoue, histoire de noter les ressemblances et les différences (et il y en a un paquet de ce que je m’en rappelle :P) si ce n’est le style, beaucoup plus autobiographique pour le second contrairement au premier très romancé. Un film à voir si on aime les dépaysements asiatiques ^^

Synopsis: Quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, Chiyo, une petite fille japonaise, est arrachée à sa famille pauvre pour aller travailler comme servante dans une maison de geishas.
En grandissant, elle se plie avec docilité à l’initiation difficile qui fera d’elle une vraie geisha. Elle triomphe des pièges que lui tend sa rivale, la fourbe Hatsumomo et devient, après des années de travail, la légendaire geisha Sayuri.
Très belle, épanouie dans son art, Sayuri fascine les hommes les plus puissants. Mais celle qui n’a plus le droit d’aimer reste hantée par l’amour qu’elle porte, en secret, au seul homme qu’elle ne peut atteindre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *