Le Chevalier de Rubis – La Trilogie des Joyaux 2 – David Eddings

Ça y est, après des jours et des jours, j’ai enfin fini le second tome de la Trilogie des Joyaux de Eddings: Le Chevalier de Rubis. Le premier ne m’ayant pas vraiment motivé à continuer, j’ai un peu dû me forcer. Au début, je lisais page par page, sans aucun enthousiasme, ce qui n’a pas aidé à me mettre dans le bain. Mais arrivée à la moitié, j’ai pris la décision d’arrêter les conneries et de prendre du temps pour avancer, me fixant des objectifs de lecture (oui comme en cours, je sais :S). Et dès ce moment, ça a été beaucoup mieux: plongée dans l’histoire, j’ai pu en apprécier bon nombre de passage. j’avoue que ma partie préférée est sûrement le château de Ghasek, pour plusieurs raisons, la première étant que cela nous renvoie à un passage du premier qui m’avait déjà bien plu, ensuite, c’est une partie un peu moins linéaire que les autres et un peu plus sombre. J’avoue par contre la fin m’a prodigieusement gavé, oui, pour ceux qui l’ont lu, la véritable identité de Flûte enfin dévoilée… quelle surprise cela a été, je ne m’y attendais pas du tout (-_-‘ ironie quand tu nous tiens!). Ça donne juste l’impression qu’on nous a pris pour des gamins de 10 ans tout du long, tellement c’était pas prévisible! Bref, à part cela, j’ai trouvé ce second volet nettement mieux que le premier, je commence à me faire aux personnages, même si je regrette vraiment de ne m’attacher à aucun, le seul qui passe à peu près, c’est Kalten… et encore. Même en commençant à développer leur passé et leur caractère, je trouve qu’ils restent vides et c’est bien dommage.

De plus, les choses commencent à bouger dans le monde, une guerre impliquant tous les pays se prépare, ça donne une dimension moins minimaliste à l’aventure. J’en viens même à me demander si l’auteur en restera aux petites affaires de sa Compagnie ou si l’on aura droit à un bout d’apocalypse… à voir
Ça ne change rien au fait que mon avis reste plutôt positif, et je trainerai moins la patte lorsque je commencerai le troisième et dernier volet de cette trilogie.

Résumé: Le royaume d’Élénie se consume de tristesse car la jeune reine se meurt, enchâssée dans un enchantement de cristal. Les précepteurs des quatre ordres combattants se sont consultés : il faut lui rendre vie, sous peine de voir Annias, le vénal primat, se hisser jusqu’à l’archiprélature, quitte à transiger avec l’antique ennemie, Otha de Zémoch, qui campe à la frontière d’Orient. Tout sauf ça ! Émouchet, le chevalier pandion, connaît la solution : retrouver le Bhelliom, la pierre sacrée perdue depuis des siècles, et qui seule peut sauver l’héritière des rois. Le champion tente sa chance avec ses compagnons, désignés par les chevaliers de l’Église. Il sait que Ghwerig, le Troll nain, fera tout pour s’emparer le premier du précieux joyaux. Et même si Émouchet le battait sur la ligne d’arrivée, il ne ferait qu’éveiller la convoitise d’Azash, le dieu du Mal. On ne saurait jouir du Bhelliom en paix. Priez pourtant, mes frères, priez pour que le champion réussisse ; car s’il vient à échouer, tout le continent d’Éosie sombrera fatalement dans la guerre générale, et la civilisation telle que nous la connaissons cessera d’exister.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *