Le cycle d’Elric 2 – La forteresse de la Perle – Michael Moorcock

Résumé: Elric s’est egaré dans le Désert des Soupirs ; il a franchi les sables où s’abîment les voyageurs ; le voici à Quarzhasaat, la ville engloutie par la marée des dunes, où nulle caravane n’a jamais abouti. Trop tard peut-être : Elric délire, Elric agonise. Où est l’élixir qui lui rendra ses forces ? Et s’il boit l’élixir, où trouver l’antidote ? Finalement il accepte un pacte : en trois semaines, il va quérir la Perle au Cœur du Monde. Et le voilà parti pour l’Oasis Fleur d’Argent C’est là que Varadia, la Sainte Fille des nomades Bauradim, dort d’un sommeil surnaturel. C’est là qu’on peut se frayer un chemin vers les Royaumes du Rêve, où se dresse, dit-on, la Forteresse de la Perle. Mais comment s’orienter, sans les Voleurs de Songes, dans ces terres fictives ? Et comment affronter les Aventuriers Magiciens, sachant que Stormbringer, la Buveuse d’Âmes, ne pourra rien contre ces chimères issues de l’imagination ? Un voyage inouï attend le prince albinos : il explore les domaines de la « fantasy », où nul ne s’était risqué avant lui.

Je ne sais par où commencer tellement j’ai été déçue. J’avais bien aimé le premier, décidé de lire la suite mais là, je ne suis plus sûre de rien.
Je vais commencer par l’histoire en elle-même. Je me suis ennuyée, atrocement ennuyée… Et ça, depuis le début; au point de m’endormir au bout de quelques pages. C’est vraiment frustrant. Commençons par un rapide rappel: à la fin du premier tome, on quitte un Elric décidé, sûr de lui, relativement fort malgré son addiction aux drogues qui par moment l’affaiblissent. Au fil du volume, on l’a vu évoluer, changer malgré lui et devenir plus proche du vrai guerrier Melnibonéen qu’il devrait être. Au début du second, on le trouve faible et misérable. Toute détermination l’a fuit, et tout au long du livre, il n’est que l’ombre de lui-même se laissant mener par le bout du nez, n’étant jamais maître des événements ni de ses choix.
La lecture est loin d’être fluide, les propos de certains personnages sont incompréhensibles -comme s’il nous manquait des informations qu’au final on n’aura pas pour la plupart- ce qui n’aurait pas dû être un problème étant donné que ça se déroulait dans le monde des songes, mais du coup, pour cet endroit-là, ce n’était pas assez incongru, trop raisonné.
Ça a été 230 pages d’un mortel ennui… Oui, j’ai bien dit 230… Mais, vous me direz qu’il fait 251 pages. Oui, en effet. Donc les 21 dernières pages ont été du pur “Elric”. Il redevient sur la fin lui-même, libéré de toute contrainte. Et surtout, un point positif, sûrement le seul d’ailleurs, dans les deux derniers chapitres qui closent le volume, on comprend toute l’œuvre. Je m’explique: le thème principal et les enjeux de l’histoire sont le contraste entre le Chaos et la Loi-l’ordre; ce dernier étant figé. Mais tout cela ne nous est révélé qu’en conclusion. Et lorsqu’on comprend ça, on voit le livre de façon réellement différente. Je déplore juste qu’aucune réflexion ne nous ait mis sur la voie avant les derniers chapitres, parce que du coup, non seulement l’œuvre perd énormément, mais l’impression générale reste quand même assez négative.

Le deuxième point négatif qui a été ma bête noire tout au long de ce bouquin: les fautes de typographie. Une vraie galère, chaque fois que je commençais à décoller dans la lecture, pouf, une erreur qui me freinait… et c’est énervant. Je ne suis pas particulièrement difficile, un “s” oublié ne me pose pas de soucis outre-mesure, mais les absences de déterminants… pfff, ils auraient carrémment dû tous les zapper, après tout, ça sert à rien un déterminant; ne parlons même pas des doublons de mots genre: “alors que que la Kasbah”, aucun soucis, tu peux même les mettre en triple… ah, merde, ils l’ont déjà fait ça, j’aurai dû dire en quadruple.
Bon, ok, tout ça, c’est méga chiant, ça m’a beaucoup freiné, mais c’était loin d’être le pire. Ce qui m’a le plus énervé, c’était lorsque des mots étaient remplacés par d’autres, l’exemple le plus frappant, c’était “partout” qui remplaçait “pourtant”… Hein? Je ne vois pas le rapport entre les deux. Résultat: phrase relue au moins 4 fois mais non, partout, ça ne marchait pas, alors que pourtant, oui… Bon, ça c’est fait ! Et si encore, ça avait été le seul mot du genre, mais non !
Bon, ne soyons pas chiant, me direz-vous, quelques erreurs, ça peut arriver… mais là… c’était minimum une erreur toutes 5 pages quand ce n’était pas à toutes les pages… super frustrant…
Autant dire que ça n’a pas été une partie de plaisir. Une vraie galère, je suis contente d’en avoir fini avec ce tome.

Par contre, je dois être complètement maso, mais je sais déjà que je lirai le troisième volet du cycle.
Pourquoi ? Parce que je pense que ce tome était une erreur, il a été écrit de nombreuses années après le premier, et je trouve que cela se sent drôlement autant que malheureusement. Donc j’espère trouver dans le 3 ce que je n’ai pu trouver dans le 2. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *