Endymion 2 – Dan Simmons

Titre: Endymion 2
Saga: Les Voyages d’Endymion – Les Cantos d’Hypérion
Auteur: Dan Simmons
Éditeur: Pocket
Nombre de pages: 350
Résumé: Raul Endymion a été chargé par le vieux poète Martin Silenus, auteur des “Cantos” inachevés, de sauver la petite Enée des hommes de la Pax, lesquels se fient à une sombre prophétie : elle aura des pouvoirs plus qu’humains et persuadera les fidèles d’abandonner Dieu.
L’Église charge donc le père-capitaine de Soya de la capturer, mais Endymion le prend de vitesse et emmène l’adolescente de monde en monde, suivi à la trace par de Soya. De son côté, la Pax est plus qu’étonnée par les échecs successifs du père-capitaine et redoute une nouvelle offensive du Technocentre.
Contre le Dieu Machine, il a fallu créer une variété inédite de guerriers invulnérables, et le premier modèle de la série est prêt. Elle s’appelle Némès.

J’avais prévu de le finir aujourd’hui, mais davantage dans la soirée. Et bien finalement, non! J’ai eu beaucoup de mal hier soir à le quitter et seule la fatigue m’a obligé à lâcher ma lecture, j’ai donc sauté sur l’occasion ce matin pour le continuer et le finir par la même occasion. J’ai bien plus aimé que le premier. Les 250 premières pages sont un peu comme le volume précédent, une introduction, légèrement plus poussée peut-être. L’action et les vraies questions qu’on peut se poser se concentrent sur les 100 dernières pages, ce qui ne m’a pas empêché d’aimer la totalité du bouquin.

Étrangement, pour un livre que j’ai beaucoup apprécié, j’ai mis du temps à le lire, pas loin de 5 jours. Le style de l’auteur reste égal à lui-même: intéressant et facile d’accès. Mais les chapitres contiennent énormément d’informations et la lecture nécessite une attention particulière: si on a le malheur de rater une phrase importante (et elles sont nombreuses), c’en est frustrant et ce, pendant un bon bout de l’histoire par la suite, du moins lorsqu’on est friand de détails. De plus, l’effort de mémoire demandé m’a, comme pour le premier, beaucoup et vite fatigué chaque fois que je me plongeais dans la lecture.
Quant à l’histoire, elle tourne toujours sur la connaissance des personnages principaux (Énée, Raul, A.Bettik, père-capitaine de Soya et son équipe), on retrouve beaucoup de mondes-planètes citées dans les 4 premiers tomes d’Hypérion et bon nombre de questions sont posées quant à ce qui a pu arriver à leur population après la Chute. Dan Simmons excelle toujours dans la description et l’atmosphère des différents mondes traversés, on s’y croirait; on vit l’aventure simultanément avec les protagonistes: on a froid avec eux, chaud lorsqu’ils finissent en plein désert. Dans les moments les plus stressants, on a le cœur qui bat trop vite et qui s’arrête lorsqu’on se retrouve face à l’inquiétant gritche. Je déplore juste que dans ces moments-là, on a droit à de brusques coupures qui font redescendre la pression bien trop abruptement.

La partie que j’ai bien entendu préféré est nettement la fin. Comme le précise le résumé, on y découvre Radamanthe Némès et tous les secrets qu’elle recèle, même si on comprend rapidement ce qu’elle est réellement; pourtant cela soulève encore davantage de questions quant au rôle de la Pax et de l’Église… Et encore plus fabuleux, une bonne partie des interrogations soulevées lors des 2 Endymions est répondue… Ça n’empêche nullement d’avoir puissamment envie de continuer et de commencer rapidement les prochains.
Par contre, j’ai décidé de faire une pause le temps de lire un livre plus simple et moins fatigant nerveusement. Mais je compte reprendre après le week-end et j’ai même hâte de m’y mettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *