Le Roi des Méduses – Thierry Ségur et Igor Szalewa

Le Roi des Méduses - Ségur et SzalewaTitre: Le Roi des Méduses
Scénario: Igor Szalewa
Dessin: Thierry Ségur
Éditeur: Delcourt
Collection: Conquistador
Nombre de pages:
70
Résumé:
Une nuit, la fille aînée d’un pécheur, double parfait de la défunte sultane, est enlevée par les méduses et entraînée dans le harem sous marin de leur souverain, monstrueux tyran qu’un ardent désir anime et embrase. Dès lors, le sultan, prêt à tout pour retrouver celle qui lui rappelle tant son épouse, et le roi des méduses, s’affronteront dans un duel sans merci qui mettra en danger leurs royaumes respectifs.

J’ai choisi de lire cette bande-dessinée parce que la couverture cadrait bien à mon sens avec ma vision d’un dépaysement vacancier. Et cela trouvait une résonance à mon goût avec ma précédente chronique: l’île au trésor; qui dit mer dit plage, dit chaleur, dit invasion de méduses, etc… un semblant de vacances, une sensation de légèreté !
Il est d’abord bon de préciser que cette bande-dessinée est basée sur une nouvelle de Pierre Bettencourt. Je ne connais pas du tout ce livre, donc je ne pourrai absolument pas comparer les deux.

Comme dit plus haut, la couverture m’a beaucoup accroché, mais la quatrième de couverture également: “Toutes les nuits, pour le Roi, les Méduses viennent au rivage ravir des jeunes filles à marier…” Ça m’a interpellée et j’avais envie de découvrir les raisons plus profondes de ces enlèvements, en admettant qu’il y en ait… finalement oui et non !
J’ai beaucoup aimé les dessins, ils peuvent être aussi grotesques que beaux, très onduleux, un peu comme les flots ou les bras péribuccaux et tentacules des méduses. J’ai trouvé les couleurs très chaleureuses, on peut voir beaucoup de détails dans les décors, les masques du sultan, etc… C’est très chargé sans l’être trop en fait, un choix parfait !
En ce qui concerne l’histoire, j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans. J’ai trouvé que les scènes manquaient de transition, du coup, c’est la fluidité du récit qui en pâtissait. Je n’ai pas eu le temps de m’accrocher non plus aux personnages: le tyran n’était pas aussi horrible que le disait la population, pas des masses libidineux, enfin, pas plus que cela, égoïste à souhait mais à part ça; le sultan pourrait passer pour un dément obsessionnel, or, ce côté qui aurait été plus qu’intéressant n’est pas assez développé à mon sens: Lénée est sympathique, mais on reste trop loin d’elle et de ses pensées pour vraiment s’y attacher; on sent quelque chose chez le Roi des Méduses qui pourrait en faire un personnage super captivant, mais finalement il est traité trop superficiellement.
On sent une certaine pudeur posée sur les personnages et ça gâche un peu. Je ne saurais dire si ça vient de la BD ou du livre dont elle est adaptée en tout cas, c’est vraiment dommage.

J’ai quand même passé un bon moment, ça se lit bien, et se plonger dans les fabuleux dessins de Ségur est juste un bonheur ! Mais ça reste sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *