Dessine-moi un loup – Jacques Fortier

Dessine-moi un loup - Jacques FortierTitre: Dessine-moi un loup
Auteur: Jacques Fortier
Éditeur: Le Verger
Nombre de pages: 216
Quatrième de couverture:
En ce mois de mai 1921, le jeune Jules Meyer a réalisé son rêve  : il a fondé sa petite agence de détective à Strasbourg.Quand on lui propose d’enquêter sur des cambriolages étranges dans la vallée de Munster, sur le flanc alsacien des Vosges, il ignore encore qu’il va y croiser la route d’une bête sanguinaire…
Le loup, disparu d’Alsace en 1908, y serait-il revenu  ? Dans cette affaire qui va le mener de l’agitation strasbourgeoise aux paisibles lacs vosgiens, et lui faire arpenter une vallée meurtrie par la Première guerre mondiale, Jules va devoir user de toute sa sagacité pour démêler le vrai du faux.
Il sera aidé par un nouvel ami, un tout jeune militaire en garnison à Strasbourg où il apprend à piloter un avion. Un jeune homme original et séduisant.
Un certain Antoine de Saint-Exupéry.

Je voulais remercier la Team Babelio ainsi que les éditions Le Verger pour cette superbe découverte, j’ai passé un excellent moment… J’ai juste adoré, mais je reviendrai dessus un peu plus tard.
Lorsque j’ai vu ce livre parmi tous les autres proposés lors de la Masse Critique de septembre 2013, le résumé m’a immédiatement interpelé. J’étais particulièrement curieuse de découvrir ma ville des années 20 à travers ce livre. Je n’ai pas du tout été freinée par le style policier, genre littéraire que je lis peu.

Comme dit, j’ai adoré, ça fait du bien parce que ça faisait un bon moment que je n’avais pas autant aimé un livre.
Déjà, la couverture. Elle est simple, épurée. Je ne suis pas une fan de la couleur orange, mais là, je trouve que ça rend drôlement bien avec les teintes de l’avion.
J’ai été très étonnée de la qualité du papier: il est très clair, particulièrement épais et le grain en est très agréable au toucher.
Ça rend indéniablement la lecture attrayante.

Le style de l’auteur est très fluide, la lecture en est aérée et plaisante.
Ce n’est pas le premier roman dont Jules est le héros et on retrouve quelques allusions à la première histoire, Quinze jours en rouge, mais c’est suffisamment bien expliqué sans qu’on ait une impression de manque ou de flou quant aux épisodes précédents.
Ce fut un plaisir de suivre le héros à travers les rues de Strasbourg, je m’arrêtais régulièrement pour imaginer le trajet que faisait Jules pour accéder d’un endroit à un autre, pour moi, c’était un plus. Pour les gens qui ne connaissent pas la ville, ça ne bloque nullement la lecture et l’ajout des noms de rue enrichit cette lecture, ça donne un côté plus authentique.

L’atmosphère est très bien rendue, je me serai cru dans un patelin alsacien (avec le petit plus des noms ou des phrases entières issus du dialecte local) où tout le monde se connait, sait quel chemin emprunter pour se rendre à tel ou tel endroit, mais je pense que ça vaut pour chaque village. Le côté après-guerre ne sera peut-être pas suffisamment présent pour certains, et le fait que des gens de camps opposés puissent vivre côte à côte peut paraître incompréhensible… Pas pour moi, comme le dit un des personnages: “C’est comme ça ! C’est l’Alsace !”

Le seul petit bémol qu’on pourrait émettre serait au niveau de l’enquête: elle est un peu rapide et on n’a que peu d’indices qui nous permettrait d’élucider l’affaire, du coup, on peut se sentir plus spectateur qu’acteur. Personnellement, j’ai trouvé que c’était suffisant, j’ai découvert rapidement le vrai coupable (mais c’était principalement instinctif) et progressivement au fil des pages, la raison s’est faite jour toute seule.
Mais ça ne m’a nullement dérangé, pour moi, l’intérêt en était davantage l’ambiance, les relations entre les personnages, un voyage dépaysant à travers le temps en compagnie d’Antoine de St-Exupéry et le mythe du loup mangeur d’homme, on aurait presque pu se croire dans le Gévaudan !

En conclusion, oui, j’ai adoré -je sais je me répète. Et ce n’est pas parce que ça se passe dans ma ville, même si c’est un petit plus et parfois un petit moins: quand j’étais vraiment plongée dans l’histoire, les noms connus m’interpellaient et m’en faisaient un peu sortir.
C’est une lecture plus qu’agréable, et il s’en est fallut de peu pour que ce soit un coup de cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *