La cigogne de Noël – Jeanne B. de Sainte Marie

La cigogne de NoëlTitre: La cigogne de Noël
Auteur et illustratrice: Jeanne B. de Sainte Marie
Éditeur: Éditions du Bastberg
Nombre de pages: 29
Quatrième de couverture:
Cet hiver-là, Cigogneau a décidé de ne pas partir avec les autres cigognes vers les pays chauds. Il préfère rester pour voir la neige.
Mais comment parviendra-t-il à se nourrir et à se réchauffer ?
Quelles fantastiques rencontres fera-t-il ?
Cigogneau aura tellement de choses à raconter à ses compagnons.

 Ma fille l’a ramené de la bibliothèque hier matin. On s’est donc fait un plaisir de le lire le soir-même.

Contrairement à beaucoup d’album de Noël pour enfants, le texte est un peu long mais pas trop non plus ; du coup, j’ai trouvé le récit assez complet et les transitions entre chaque planche se font bien. L’histoire est sympathique, et l’envie de Cogogneau de ne pas migrer pour pouvoir découvrir ce qu’est la neige parle aux enfants surtout à cette période de l’année.

La cigogne de Noël p18On en apprend un peu plus sur les habitudes des cigognes mais pas seulement puisqu’il rencontre d’autres animaux (écureuil, hérisson, martin-pêcheur, renard et hommes) ; j’ai surtout apprécié la tentative infructueuse de Cigogneau de stocker sa nourriture, je ne pense pas que les enfants se sont dit d’eux-même que ces oiseaux étaient migrateurs parce qu’ils ne pouvaient conserver leur denrée alimentaire, du coup, ça les fait un peu réfléchir et c’est une bonne chose.

Les dessins ne sont pas exceptionnels, ils ont cependant le mérite d’être réalistes ; les couleurs sont chaleureuses et loin d’être agressives.
J’ai aimé l’atmosphère de cet album : si au début, j’ai douté de me retrouver à un moment dans l’ambiance de Noël, du moment qu’il rencontre l’homme, je me suis sentie chez moi avec les maisons à colombages (oui, j’adore ces maisons typiques de ma région) et avec la fontaine. A un moment, je me suis demandée si l’auteure n’était pas alsacienne ou allemande, le décor ressemblait un peu à Fribourg ou à certaines villes alsaciennes mais il n’en est rien, elle est américaine (d’origine Québecoise d’où le nom francophone).

Bref, j’ai bien aimé, c’était une lecture facile et agréable 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *