Conte de fées à l’usage des moyennes personnes – Boris Vian

Conte de fées à l'usage des moyennes personnes - Boris VianTitre: Conte de fées à l’usage des moyennes personnes
Auteur: Boris Vian
Éditeur: Le livre de poche
Nombre de pages: 125
Quatrième de couverture:
” Il était une fois un prince beau comme le jour. Il vivait entre son chien et son cheval, à l’orée d’un bois, dans un château aux murs gris et au toit mauve… ”
C’est pour sa femme Michelle, convalescente, que Boris Vian rédigea en 1943 ce conte de fées où abondent les sorcières, les cavernes, les îles fantastiques, comme dans les romans de chevalerie médiévaux. Mais n’attendons pas, bien sûr, du futur romancier de
L’Écume des jours qu’il prenne au sérieux les mille et une péripéties qui jaillissent sous sa plume.
Dès cette œuvre de jeunesse, son jeu consiste à piéger le récit à coups de calembours, de clins d’œil, de dérision et de burlesque. Il y excelle, et nous amuse autant qu’il s’amuse.

 Je me suis décidée à lire ce livre suite à un avis lu sur un blog que je suis régulièrement. Et je suis bien contente de l’avoir fait, j’ai passé un très bon moment.

Ce livre se compose en trois parties : le conte de fée en lui-même, une seconde version du même conte ainsi qu’un début de suite..
Conte de fées à l'usage des moyennes personnes p 73– La première partie se divise en 5 chapitres même si on ne peut pas dire que le troisième chapitre en est un (texte intégral : “Sans intérêt.” -_- ). J’ai beaucoup ri lors des quatre premiers (ok, y avait certains jeux de mots très naze, mais c’était sûrement les plus drôles), le cinquième et dernier m’a un peu plus laissée indifférente. Si j’ai aimé Joseph et son palefroi -j’adore ce cheval, il me fait trop pensé au canasson dans les court-métrages Pik Pik et André-, ça n’a pas été le cas du personnage de Barthélémy, je l’ai plutôt détesté, il m’a saoulée, même si ça ne m’a pas empêchée de sourire très souvent en suivant leur périple, hein !
Mais ça aurait été plus drôle sans lui, en fait :p
– La deuxième version est une variante moins drôle qui m’a laissée la désagréable sensation de déjà vu/lu. Si ça donne une sensation étrange dans un film, je trouve que c’est encore plus bizarre dans un livre. Par contre, cette partie-ci était nettement moins drôle, partait un peu moins dans tous les sens mais avait un côté plus conte de fée…
– Le projet de suite est relativement court probablement trop d’ailleurs, amusant malgré la présence de Barthélémy. Dommage qu’il n’y ait pas de suite.

Le point que j’ai vraiment apprécié, c’est l’ajout des dessins de Boris Vian. Il a inventé ce texte pour sa femme malade et en a agrémenté les marges de petits dessins. Je n’ai qu’un regret, c’est qu’une majorité de ces esquisses se sont aussi retrouvées dans la marge… et quand on voit la marge d’un livre de poche, c’est bien petit. Par contre, les plus beaux ou plutôt les plus travaillés ont été publiés en plus grand, heureusement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *