A silent voice, tome 1 – Yoshitoki Oima

A silent voiceTitre: A silent voice, tome 1
Auteur: Yoshitoki Oima
Éditeur: Ki-oon
Collection: Shonen
Nombre de pages: 192
Quatrième de couverture
: Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes… jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable…

Cela fait un moment que je vois tourner ce manga. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais en tout cas, pas à ça. Déjà, lorsqu’on commence ce premier tome, on découvre Shoya à l’âge de 16 ans environ et tout ce tome est un souvenir de ce qu’il s’est passé 6 ans auparavant. Ce personnage masculin est assez désagréable dans un premier temps, ça contraste d’autant plus que Shoko est particulièrement attachante. Par moment, elle est agaçante à constamment rester gentille et polie face à la cruauté des autres élèves ; d’autres fois, j’ai trouvé qu’elle avait énormément de courage de tout supporter sans rien dire ou à s’excuser d’être une gêne pour les autres..
L’histoire est très bien faite : au début, tout le monde dans la classe est serviable et ne demande qu’à aider puis lorsque les choses se compliquent (ralentissement du rythme de la classe, chorale, etc…), ça devient trop dur de faire des efforts et les relations en prennent un coup. Même le prof abandonne et c’est pire que tout…

A silent voice tome 1 p82J’ai beaucoup aimé le character design des personnages, les expressions du visage sont très parlantes et j’avoue que j’adore les cheveux de Shoko, le mouvement que le mangaka parvient à y mettre, c’en est fascinant.

C’est un récit qui m’a grandement émue, j’ai été bouleversée par la jeune malentendante ; lorsqu’elle quitte l’école et qu’on découvre le fin mot de l’histoire, j’en ai eu les larmes aux yeux.
J’ai vraiment hâte de lire la suite que je possède parce que j’ai adoré cette lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *