Candy Candy, tome 2 – Yumiko Igarashi & Kyoko Mizuki

Titre: Candy Candy, tome 2
Scénario: Yumiko Igarashi
Dessins: Kyoko Mizuki
Éditeur: Kodansha France
Nombre de pages: 190
Quatrième de couverture: Les aventures, les drames et les amours de Candy Neige, jeune orpheline américaine au début du XXeme siecle, de sa naissance à l’age adulte. Elevée dans la maison de Pony où elle passe son enfance en compagnie de son amie Annie, Candy a un tempérament trop prononcé et ne parvient pas à trouver une famille d’accueil. Tous ses amis la quitte peu à peu, mais lors de son 12eme anniversaire, elle est choisie pour devenir demoiselle de compagnie auprès des enfants de la famille Legrand, Elisa et Daniel, bien décidés à lui en faire voire de toute les couleurs. Candy va vivre un véritable enfer avec pour seul réconfort l’amour qu’elle porte pour leur cousin, Anthony, et celui pour le petit prince de la colline de son enfance…

Contrairement au précédent tome, l’impression de celui-ci est bien meilleure : on sent toujours le papier jauni et probablement recyclé mais l’encre ne bave à aucun moment ; quant aux passages à moitié effacés, il y en a très peu : ce ne sont quelques  rares planches mais on devine aisément les dessins sous le crayonné fin.
Ce qui n’a pas changé, par contre, c’est qu’on retrouve toujours un certain nombre de coquilles, autant quelques unes peuvent passer comme l’accord du verbe avoir qui est variable selon l’emplacement du COD, autant les “s” oubliés après le pronom personnel “tu”, ça me pose davantage de soucis surtout qu’il n’y a pas des kilomètres de dialogues.
J’adore toujours autant les dessins (c’est mon âme d’enfant qui ressort 😉 ) et dans ce second tome bien davantage encore parce que certaines planches m’ont grandement fait penser aux images du dessin animé, enfin surtout du générique et ça m’a mis le sourire.

Sinon, au niveau de l’histoire, elle est beaucoup plus fluide que le tome précédent : tout s’emboîte et s’enchaîne de façon logique et on n’a pas l’impression que cela va trop vite ou qu’il manque des détails.
On entame directement sur la suite du premier : Candy est accusée de voler chez les Legrand ; la mère de Daniel et Elisa décide de l’envoyer au Mexique, comme si la jeune fille était davantage esclave que domestique.
Elle part donc vers de nouvelles aventures qui sont on ne peut plus courte puisque dès la première nuit, elle est sauvée par Georges, chauffeur et bras droit de l’oncle William.
Notre héroïne est adoptée par la famille André et peut vivre avec Alistair, Archibald et Anthony, malgré la désapprobation de la tante Elroy. L’avenir s’annonce sous de meilleurs auspices, jusqu’à ce qu’un drame frappe cette grande famille.

C’était une lecture rapide et fluide. J’ai beaucoup aimé retrouver Candy, et je finis par trouver cette histoire condensée presque plus plaisante que l’animé parfois un peu longuet.
J’ai préféré ce second tome que ce soit au niveau des dessins ou du récit. Je ne devrais pas tarder à commencer le troisième.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *