Les couleurs des tumuli, un jour à Gyeonju – Elisa Haberer & Simon Hatab

Titre: Les couleurs des tumuli, un jour à Gyeonju
Photographe: Elisa Haberer
Auteur: Simon Hatab
Éditeur: Atelier des cahiers
Nombre de pages: 125
Quatrième de couvertureLes Couleurs des tumuli est un livre qui fait cohabiter deux récits – l’un photographique, l’autre textuel – qui se déroulent entre Paris et Gyeongju en Corée du Sud. La photographe Elisa Haberer est née à Gyeongju puis a été adoptée en France dès ses premiers mois. En 2014 elle y retourne pour la première fois. Partant de l’endroit où elle est née – l’ancienne maison d’une sage-femme transformée en magasin d’ustensiles de cuisine – elle décide d’explorer et de photographier Gyeongju.
A partir d’un lieu qui lui est à la fois proche et étranger, elle part à la rencontre d’un quartier, d’une ville et de ses habitants. Au retour de son premier voyage en septembre 2014, elle débute une série d’entretiens sur ce projet avec Simon Hatab, dramaturge et auteur. Ce dialogue qui s’étend sur deux ans forme la matière d’un récit à mi-chemin entre le biographique, le carnet de voyage et le journal de création.
Au-delà de la quête mémorielle, il développe une réflexion sur l’art photographique, sur notre rapport au temps et sur la construction de notre identité.

Je tiens tout d’abord à remercier la Masse Critique Babelio ainsi que l’Atelier des Cahiers pour m’avoir permis de découvrir ce sympathique ouvrage.

J’avoue que pour une fois, ce n’est pas la couverture qui m’a poussée à postuler pour cette œuvre, mais bien le résumé. J’étais curieuse de découvrir ce voyage vers ses origines, ce parallèle entre Paris et Gyeongju.
L’album se divise en deux parties :
– des photographies de lieux qu’Elisa Haberer a visité et de personnes qu’elle a rencontrées.
– le texte de Simon Haberer.

Je ne savais pas trop comment lire ce carnet de voyage et aucun indice ne nous est donné au début sur la marche à suivre. Je l’ai donc lu normalement en m’arrêtant sur chaque photo, en les détaillant, m’en imprégnant, essayant de retenir ce qu’indiquait la légende. J’ai trouvé certaines photos fascinantes, d’autres retranscrivent la vie de leur personnages de manière neutre. En tout cas, aucune ne m’a laissé indifférente et toutes m’ont interpelée.
C’est lorsque je me suis lancée dans le texte que j’en ai compris toute l’importance. Dans le récit que fait Simon Hatab, les lieux sont indiqués. A chaque mention d’endroit, je revoyais les photos correspondante, elles surgissaient, s’imposaient à moi. J’ai eu l’impression très forte d’avoir été aux côtés d’Elisa et de me souvenir de ces endroits, des personnes qu’elle a rencontrées et dont elle ne parle pas la langue. J’ai vraiment eu la sensation de faire partie de ce carnet de voyage et c’était aussi plaisant que déstabilisant.


Pourtant, ce n’est pas à proprement parlé un récit de voyage. Certes, il est séparé en trois parties qui correspondent aux trois séjours suivis des retours à Paris qu’a faits Elisa, ce n’est pas pour autant une histoire traditionnelle. Ce sont davantage plus des notes prises et retranscrites à vif, des phrases et réflexions qu’elle s’est faites au fil de son voyage, des bribes de conversations entre la photographe et l’auteur. Ce qui permet à Simon Hatab de se l’approprier en quelque sorte en rebondissant sur ses pensées et en partageant son vécu avec le lecteur. C’est à la fois désordonné tout en restant ordonné et cohérent. Une sensation étrange, toutefois intéressante.
Par contre, j’ai trouvé dommage qu’on n’en apprenait pas suffisamment sur les gens qu’Elisa Haberer a rencontrés, sur leur mode de vie, sur ce que lui a apporté ces contacts, etc.

J’ai beaucoup aimé découvrir cet ouvrage. il était aussi dépaysant qu’intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *