Nuits d’Alsace – Collectif

Titre: Nuits d’Alsace
Auteur: Morgane Scheinmeer, Brice Chee, Odile Avril, François Fierobe
Éditeur: Luciférines
Nombre de pages: 113
Quatrième de couvertureCigognes, tenues traditionnelles, bretzels et vins blancs, on ne saurait penser à la culture alsacienne sans l’un de ces symboles. Tout à l’Est, à la fois française et d’héritage germanique, la plaine du Rhin éveille l’imaginaire. En 4 nouvelles fantastiques, des auteurs passionnés ont exploré le passé historique d’une région à la frontière de plusieurs mondes et époques. Souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, d’un Moyen-âge superstitieux qui vit la publication du Malleus Malleficarum à Strasbourg, et de la Renaissance nordique se croisent sur une terre riche en mystères, qui n’attend que votre visite.

J’ai hésité à chroniquer cette anthologie en raison de la présence de ma nouvelle, mais j’ai pris tellement de plaisir à découvrir les autres histoires que ça aurait été dommage de ne pas vous en parler. Même si j’ai relu la mienne, il est évident que je ne donnerai pas mon avis dessus…

Comme pour Nuits de Lorraine, le recueil contient 4 nouvelles écrites par des auteurs différents. Après chaque récit, on peut trouver un petit article replaçant la légende.
Un copieux Vendredi-Saint de Morgane Scheinmeer :
Alix accompagne sa sœur et ses amis dans la forêt de Westhoffen afin de faire une randonnée et de passer une partie de ce long week-end à camper. Mais à la nuit tombée, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls dans les bois.
Puisque je suis l’auteure de ce texte, il tient forcément une place particulière dans mon cœur. Je laisserai donc à d’autres le soin de juger.
Le tour du Diable de Brice Chee :
Alena Wehrle, SS, est amenée par la Gestapo dans les locaux de la Sicherheitspolizei. Elle est questionnée par le Gauleiter au sujet de la relation qu’elle entretenait avec son ancien collègue Walsdorf et sur les travaux de recherche qu’ils menaient sur la sorcellerie.
Résumé ainsi, je ne suis pas sûre que cela donne forcément envie, pourtant, la nouvelle est captivante. J’ai été rapidement plongée dans l’histoire au point d’oublier totalement ce qui m’entourait. Au début, les noms typiquement allemands/alsaciens m’ont un peu freinée, pourtant je devrais être habituée étant originaire d’Alsace, heureusement, je m’y suis faite rapidement, cela rajoute de l’authenticité au récit.
De plus, on sent bien que l’auteur a fait énormément de recherches, ce qui m’a été confirmée hier matin. Bref, j‘ai adoré cette nouvelle.
Début de roman d’Odile Avril :
La narratrice vit à Montréal. Un jour qu’elle se repose dans un parc, elle découvre sur son bagage un vieux livre. En le feuilletant, elle découvre qu’il manque le début. Le roman est autobiographique : l’auteure raconte sa séquestration en Alsace -partie manquante du bouquin- sa libération puis sa quête de la vérité pour prouver l’existence du château-prison. L’héroïne profite des fêtes de fin d’année pour rendre visite à son frère qui vit en Alsace, et pour découvrir les bois dans lesquels se situe l’histoire du roman.
J’ai bien aimé ce récit, et ce, même si j’ai deviné une partie de la fin – heureusement pas tout et c’est cette chute qui m’a fait apprécier cette nouvelle. J’ai trouvé la narration bizarre lors de l’épisode de la Saint Étienne, un peu décousue. Ce n’est pas désagréable mais ça laisse une sensation d’étrangeté
Les démons d’Issenheim de François Fierobe :
Le narrateur et son ami Bastien mènent une discussion animée sur le retable d’Issenheim et notamment sur son interprétation Bastien tient des propos qu’on pourrait qualifier d’hérétiques, mais le plus inquiétant étant la folie fiévreuse qui commence à le gagner.
Un récit dans lequel il ne se passe pas grand chose, je l’ai pourtant trouvé intéressant : au point qu’il m’a donné l’envie de découvrir ce fameux retable (que je connaissais mais n’arrivais à visualiser, merci mon ami Google 😉 )  et de relire certains passages pour ne rien louper de cette conversation enflammée.
Plus on avance dans le récit et plus certaines descriptions sont dures et m’ont un peu dégoûtée, mais en ce qui me concerne, c’étaient les meilleurs parties, j’ai adoré ça.

J’ai adoré découvrir les nouvelles contées dans ce recueil. Elles sont variées de par leur thème mais également de par la plume des auteurs.
Tout aussi dépaysant que Nuits de Lorraine, on a beau vivre dans une région, on ne connaît pas toutes les légendes qui y ont cours. Et même si on les connaît, c’est un plaisir de les redécouvrir à travers les yeux d’auteurs alsaciens.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Histoire de la magie : Beedle le barde (1ère année) – Un recueil de contes ou de nouvelles – 10 points

2 réflexions au sujet de « Nuits d’Alsace – Collectif »

  1. Merci de ton commentaire (j’attends impatiemment de pouvoir lire les 3 autres nouvelles du recueil puisque c’est moi l’auteure de Début de roman 🙂 ).
    Oui la narration de la fin est bizarre et c’est totalement volontaire car la véritable chute se situe dans les 4 derniers mots … laissant la fin ouverte aux lecteurs 🙂

    Odile Avril alias Mémoire du Temps

  2. Merci d’être passée, Odile.
    Je pensais bien que la narration finale était voulue pour donner la sensation d’étrangeté et bravo, c’est réussi.
    J’espère que tu pourras vite découvrir les autres nouvelles, faudra qu’on en discute pour avoir ton avis sur le recueil ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *