Contes des royaumes, tome 2 : Charme – Sarah Pinborough

Titre : Charme
Saga : Contes des royaumes, tome 2
Auteur : Sarah Pinborough
Éditeur : Milady
Nombre de pages : 255
Quatrième de couverture : Rappelez-vous les horribles belles-soeurs, le carrosse magique, le bal enchanté, la pantoufle de verre et l’éternel amour né au premier regard… et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu’elle n’a jamais été révélée… Cendrillon, le conte de fées revisité : cruel, savoureux, et tout en séduction.

J’ai lu Poison, le premier tome de cette saga voilà maintenant presque trois ans… J’ai relu ma chronique pour pouvoir me rafraîchir la mémoire, cela ne m’a que peu aidé. Je n’étais pas sûre que les deux se suivaient vraiment… C’est malheureusement le cas. Si j’avais su, je n’aurais pas tant attendu entre les deux lectures.

Dans ce second volume, on découvre Cendrillon. Elle vit avec son père totalement absent, sa belle-mère qui est loin d’être aimante mais qui n’est pas non plus le monstre qu’on connaît dans le conte, ainsi qu’avec Rose, sa demi-sœur. Sa seconde demi-sœur, Ivy, ne vit plus avec eux puisqu’elle est mariée à un vicomte.
La trame de l’histoire est celle que nous connaissons : un bal est donné pour permettre au Prince de trouver une épouse. Cendrillon ne peut s’y rendre, mais c’est sans compter sa fée marraine qui lui propose un marché : elle offre l’opportunité à la jeune femme d’y aller et de séduire son prince grâce à de superbes tenues et surtout aux pantoufles de verre. En échange, lorsque le Prince aura succombé et l’invitera à vivre au palais royal, elle devra fouiller toutes les pièces du château et rapporter tout ce qu’elle voit à l’homme de main de la fée.

Si le premier tome ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, j’ai bien mieux aimé celui-ci, principalement parce que je me suis attachée à quasiment tous les personnages, excepté du Prince mais j’ai compris pourquoi à la fin, et c’est le gros point fort de ce roman.
J’ai apprécié Cendrillon, elle est loin d’être parfaite et tant mieux, c’est ce qui me l’a rendue si sympathique : ses défauts la rendent humaine.
Elle est d’ailleurs loin d’être le seule qui m’ait plu : je ne savais pas quoi penser de Rose au début, finalement, je crois que c’est ma préférée.

J’ai adoré ce second tome. Je vais lire sans plus tarder le prochain pour ne pas louper une fois de plus les détails du récit, je trouve toujours ça frustrant de louper des révélations aussi petites soient-elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *