Mon père est femme de ménage – Saphia Azzeddine

Titre : Mon père est femme de ménage
Auteur : Saphia Azzeddine
Éditeur : J’ai Lu
Nombre de pages : 128
Quatrième de couvertureMon père a refermé la bouche en mâchant dans le vide, il s’est redressé et a regardé sa montre.
On était vendredi, je n’avais pas école le lendemain. Donc je pouvais l’aider. Embarrassé à l’idée de m’imposer sa vie, il trouve toujours un moyen d’alléger le truc. Là, il a dit : ? Bon alors mon Polo, tu viendé ou pas ce soir ? Une petite faute de français rigolote pour soulager tout ça, un peu d’humour pour camoufler le désastre de la soirée. Une soirée qui s’avère être sa vie en fait. J’ai souri, ça détend mon père, et j’ai répondu comme à chaque fois : Je viendé, je viendé…
Je l’aime mon père, mais j’ai du mal à l’admirer. Souvent, quand je le regarde, il est à quatre pattes, alors forcément ça manque un peu de hauteur tout ça…

Quand j’ai rendu Vigile à ma collègue, elle m’a proposé de découvrir cette auteure puisque j’avais aimé ma lecture précédente. Ne la connaissant pas, c’était l’occasion.
On découvre Paul, un gamin de 14 ans qui vit dans une cité. Son père est femme de ménage et même s’il l’aime, il en a un peu honte. Malgré cela, le soir, il aide son paternel à faire le ménage dans différents lieux et profite des endroits qui peuvent lui offrir de nouvelles connaissances, comme la bibliothèque pour ne citer que ça. Il se cache derrière les mots et les utilise parfois à bon escient et d’autres pas. Il est loin d’être con et on sent qu’il souffre de vivre dans une telle famille.

Le résumé m’avait bien plu, mais j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça. Plusieurs détails m’ont posé problème.
Déjà, je n’ai pas cru au personnage de Paul : les mots et les phrases qu’il emploie, sa façon de penser, la lucidité avec laquelle il aborde le monde n’est pas celle d’un adolescent de 14 ans, aussi mature soit-il. À la limite, s’il avait été au lycée comme c’est le cas dans les deux derniers chapitres, mais pas là.
Sans compter que j’ai détesté Paul dans la première moitié du roman. Il est tout ce que je hais chez les jeunes : une pensée formatée par le milieu dans lequel il vit (notamment en ce qui concerne les filles/femmes), alors qu’il serait capable de s’en libérer malheureusement, il cède à la facilité.
Ensuite, la plume de l’auteure. Ses mots sonnaient justes, j’ai apprécié certaines phrases qui m’ont parlé. Mais j’ai trouvé que pas mal des propos tenus par Paul étaient violents : heureusement, il ne passe pas à l’acte, n’empêche que leur violence m’a choquée.

Bref, je m’attendais à un texte moins vif, plus narratif, plus traditionnel. C’était un peu trop rude pour moi. Une déception.

Challenge Coupe des 4 maisons:
Filet du diable
(5ème année) – Un livre que vous pensiez aimer mais qui est une déception – 50 points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *