Colonisation, tome 1 : Les naufragés de l’espace – Denis-Pierre Filippi & Vincenzo Cucca

Titre : Les naufragés de l’espace
Saga : Colonisation, tome 1
Scénario : Denis-Pierre Filippi
Dessins : Vincenzo Cucca
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 56
Quatrième de couvertureL ’Humanité, telles les douze tribus de la Génèse, est partie à la conquête des étoiles. Bien des années plus tard, les Atils ont établi le contact avec la Terre et permettent aux hommes de voyager plus loin, plus vite. Mais des deux côtés, des voix s’élèvent pour que les deux peuples cohabitent désormais a minima…
Premier tome – d’introduction selon l’expression consacrée – pour Denis-Pierre Filippi et Vincenzo Cucca qui en quarante-huit planches doivent conquérir leur lectorat. Pour cela, rien de mieux qu’une bonne virée interstellaire entre cadets de l’Agence, histoire de donner à tout ce petit monde l’esprit de corps et le sens du devoir. S’en suit une série de péripéties cosmiques où, entre saut dans l’espace et réalité virtuelle, chacun aura l’occasion de se mettre en valeur et de marquer son territoire pour la suite. Avec Les naufragés de l’espace Vincenzo Ducca célèbre son retour à un graphisme moins libidinal et à une science-fiction de facture classique destinée prioritairement aux adolescents. Et si une impression de densité point parfois, elle est autant le fait de la pagination que des dialogues denses de certaines séquences.

J’ai pris ce premier tome en début d’année (il me semble) lors des 48h de la BD parce que mon fils voulait le lire, et depuis, je l’ai gardé dans ma PàL. Il était quand même temps que je le lise pour le lui donner.

On suit neuf cadets qui sont chargés d’explorer en un temps record l’une des 80 nefs de colonisation perdues dans l’espace depuis plus d’un siècle. Malheureusement, ils ne sont pas les seuls sur les lieux, les écumeurs sont déjà présents afin de piller le vaisseau spatiale.

Le temps de la mise en place n’est pas très long, mais j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire : on ne sait pas trop ce que l’équipe d’intervention fait là. Beaucoup de dialogues pour, au final, pas beaucoup d’explications. Il suffit de continuer un peu et de dépasser la quinzaine de pages pour obtenir les éclaircissements nécessaires à la compréhension du récit. Et à partir de là, ça devient bien plus intéressant.
À part Clarence que j’apprécie parce qu’on connaît un bout de sa vie : ce qu’il a vécu et ce qu’il a perdu, on ne sait pas grand-chose des autres. Milla passe bien, lais ce n’est pas non plus le personnage transcendant. J’aime bien la relation entre Olivia et son acolyte pilote Poussin (pas moyen de retrouver son nom) et surtout parce que lui est presque drôle.
Pour les illustrations, elles sont sympas : le character design des personnages est très classique. Le gros point fort, ce sont les vaisseaux qui sont beaux et les décors qu’ils soient technologiques ou naturels que j’ai trouvés soignés et vraiment magnifiques sur certaines planches.
J’ai bien aimé cette lecture et j’ai bien envie de connaître la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *