Gunnm, tome 3 – Yukito Kishiro

Titre : Gunnm, tome 3
Auteur : Yukito Kishiro
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 208
Quatrième de couvertureAprès la mort de Yugo, Gally a disparu. Ido, son créateur, bien décidé à la retrouver se lance à sa recherche. A force d’enquêter dans les bas quartiers, il finit par trouver une piste qui le conduit sans une arène où l’on pratique un sport assassin, une sorte de roller-ball hyper destructeur.
Sceptique, il a du mal à imaginer que Gally puisse vivre dans un tel univers.
Pourtant, il semble bien que la vie en ait décidé autrement…

C’est probablement un de mes préférés parmi tous les tomes de cette saga – il annonçait la couleur quant à la suite et on peut le résumer en un mot : MOTORBALL !

Le début met un point final à l’histoire avec Yugo et son rêve de rejoindre Zalem. Ouf, c’est pas trop tôt ! Non pas que j’ai sauté de joie, mais presque… Non, je plaisante, replaçons les choses dans leur contexte : je l’avais trouvée touchante la première fois que je l’ai lue et puis je ne m’y attendais pas donc ça m’avait foutu un coup ; cette fois, je savais comment cela se terminait, j’avais néanmoins une boule au ventre.
Puis on retrouve Ido. Il arpente les rues à la recherche de Gally, disparue sans laisser de traces depuis un mois. C’est Shumira qui lui permet de découvrir qu’elle fait de la compétition de Motorball.

Les dessins sont encore plus beaux : il y a une nette amélioration au niveau du visage des personnages. Bon, je dois avouer que la bouche en duckface me saoule un peu (chaque fois que je contemple la forme des lèvres, je ne peux m’empêcher de penser : “bordel, Yukito Kishiro était en avance sur son temps”), le gros progrès, ce sont les yeux – ils sont bien plus réussis.
Je déplore juste les passages lors des matchs de motorball : pour simuler la vitesse, le mangaka utilise encore davantage les traits que d’habitude. En temps normal, ça fonctionne bien, mais là, c’est trop. Du coup, les actions sont un peu moins claires que lors des combats dans les précédents volumes.

En ce qui concerne les personnages, on fait la connaissance de nouveaux : certains alliés de Gally, d’autres d’Ido (oui, je les oppose sciemment). La première à apparaître, c’est Shumira et bon sang, ce que j’ai du mal avec elle, elle m’énerve. J’en viendrais presque à regretter Yugo ! Non, c’est pas vrai, faut pas déconner quand même ! Mais ça doit être le même combat.
Celui que j’adorais, c’était Jashugan. Je n’en suis plus aussi fan, mais il a toujours autant la classe et dégage un sacré charisme.

J’adore ce troisième tome et à l’heure où je publierai ma chronique, j’aurais déjà lu le quatrième et très probablement le cinquième !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *