Mercy Thompson, tome 08 : La faille de la nuit – Patricia Briggs

Titre : La faille de la nuit
Saga : Mercy Thompson, tome 08
Auteur : Patricia Briggs
Éditeur : Milady
Nombre de pages : 477
Quatrième de couverture : Fuyant son nouveau compagnon violent, Christy, l’ex-femme d’Adam, fait un retour fracassant dans les vies d’Adam et Mercy. La cohabitation n’est pas simple. Surtout lorsque Christy décide de monter la meute contre Mercy afin de récupérer Adam. Et la situation empire lorsque son petit ami retrouve sa trace : les cadavres s’empilent et Mercy va devoir mettre ses problèmes personnels de côté pour affronter une créature bien décidée à réduire son monde en miettes !

Ça fait longtemps que j’espérais pouvoir reprendre la saga Mercy Thompson, mais comme d’habitude, je n’ai pas pris le temps… pourtant j’ai sorti ce huitième tome de ma Pile à Lire il y a déjà 3 mois, mais sans réelle raison, j’ai été incapable de l’ouvrir plus tôt.
J’ai profité du Pumpkin Autumn Challenge et du menu Fàfnir ton assiette sinon pas de piécette ! Pour le coup, ce tome de Mercy Thompson entrait totalement dans le thème et tout y est passé : créatures de légende (Guayota, Coyote) et fantastiques (loup-garou, vampires), petit peuple et féerie (le Faes), etc.

Deux événements marquants qui convergent :
– le Fae Beauclaire menace Mercy et exige qu’elle lui rende la canne de son père Lugh, vous savez, celle qui la suivait partout depuis quelques volumes et qu’elle a offert à Coyote parce que l’artefact était devenu ingérable.
– Christy, l’ex femme d’Adam, est de retour et sème la zizanie dans la meute.
Je vous vois d’ici tenter d’établir le lien… Coyote… fouteur de merde… Christy… fauteuse de trouble… y a un peu de ça, mais pas que.
Ce qui amène la mère de Jesse à Tri Cities : elle fuit un ex violent et Adam lui offre asile et protection… quelle erreur !

Je ne me souviens plus si on avait déjà vu Christy auparavant dans cette saga. On en parle à plusieurs reprises, pas en bien donc je ne m’attendais à un personnage sympathique… mais j’étais loin d’imaginer qu’elle me donnerait à ce point envie de la faire souffrir.
Elle en fait sacrément baver à Mercy qui, afin de conserver la paix au sein de la meute, se laisse malmener… ça m’a presque déçue. Même à la fin, quand elle la remet en place, ce n’était pas assez satisfaisant à mon goût parce que les loup-garous sont restés dupes de ses mises en scène et se sont laissés manipuler jusqu’au bout en toute conscience. J’aurais aimé qu’Adam la sermonne (devant le lecteur) et pas en ellipse comme ça a été le cas dans le dernier quart.

Hormis cette petite déception, le reste a été à la hauteur de mes attentes : l’intrigue est rondement menée, les deux trames se marient parfaitement, les combats sont époustouflants (et j’ai hâte de découvrir si la vidéo de Mercy affrontant courageusement Guayato a eu un réel impact sur l’opinion que les loups d’Adam ont sur la compagne de leur Alpha). Les personnages sont attachants (OK, pas Christy), même Gary qui ne partait pourtant pas gagnant. J’ai adoré les conversations entre Mercy et Honey, il me semblait que j’appréciais grandement cette dernière, une impression confirmée dans ce huitième tome.

C’est un coup de cœur pour cette lecture qui m’a tenue en haleine du début à la fin et je meurs d’envie de lire le prochain.

Automne Douceur de vivre :
Fàfnir ton assiette sinon pas de piécette ! (Créatures légendaires et fantastiques, Petit Peuple, Féerie, Conte, Légende, Mythe)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *