The Promised Neverland, tome 14 – Kaiu Shirai & Posuka Demizu

Titre : The Promised Neverland, tome 14
Saga : The Promised Neverland
Scénario : Kaiu Shirai
Dessins : Posuka Demizu
Éditeur : KAZE
Nombre de pages : 191
Quatrième de couverture : Emma, et ses compagnons ont fait la rencontre de Jin et Hayato, qui affirment avoir été envoyés par William Minerva pour les guider jusqu’à son repaire ! Malheureusement, la blessure de Chris s’est infectée et il a besoin de soins de toute urgence. Une seule solution : s’introduire dans une ferme pour voler des médicaments. Alors que le cambriolage tourne mal, un nouveau protagoniste entre en scène…

Quand on a laissé nos héros, ils avaient deux blessés dans un état critique et pour les sauver, ils devaient voler des médicaments dans une ferme près de leur camp de fortune. Je m’attendais à ce que le pillage de la ferme dure quasiment tout le manga, mais c’est super rapide, en l’espace de deux chapitres, c’est torché.
C’est pas plus mal, ça nous permet de passer rapidement à la rencontre avec William Minerva. En ce qui concerne l’identité de ce dernier, j’avais vu juste – en même temps, faut pas être devin ni particulièrement brillant pour avoir déduit son nom réel.

Le gros point fort de ce quatorzième tome est la révélation qui est faite sur les démons et la raison qui les pousse à manger de la chair humaine, hormis le plaisir de chasser les hommes ou la délectation qu’une telle viande procure. Bon, ça m’a laissé légèrement dubitative en pensant à Sonju et Mujika, ça sonnait incohérent et heureusement, à la fin, Ray et Emma s’en rendent compte. Faut-il revoir l’hypothèse du nouveau Minerva ou est-ce l’exception qui confirme la règle ?
Je pense qu’on devrait le savoir dans le prochain puisque Mujika est sur la couverture du tome 15.

J’avoue que je me suis un peu ennuyée lors de cette lecture. C’est chouette qu’ils aient trouvé le petit paradis promis, et ça aurait pu être intéressant, mais la visite des lieux était très succincte et l’historique qui allait avec encore plus. Dommage ! Peut-être que le scénariste se rattrapera par la suite.
Un autre point noir : la Emma des débuts refait son apparition en même temps qu’elle reprend une place importante dans le récit. Grrrr ! Je pensais en être débarrassée. A voir si ça se poursuit dans les suivants.

Plus rien à dire. Ça s’est laissé lire, sans plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *