Super-héros – Collectif

Titre : Super-héros
Auteur : Collectif
Éditeur : Elenya
Nombre de pages : 147
Quatrième de couverture : Depuis les demi-dieux de la Grèce antique à James Bond, en passant par la créature de Frankeinstein, les personnages aux aventures épiques ont toujours peuplé l’imaginaire collectif. C’est aussi le cas des super-héros, descendants directs de ces surhommes. Leurs pouvoirs, costumes et péripéties extraordinaires fascinent toujours autant depuis soixante-quinze ans maintenant.
Mais oubliez donc les capes et le Lycra®.
Elenya Éditions vous entraîne loin des sentiers battus, à la rencontre de onze super-héros d’un autre genre. L’occasion de se poser ensemble la seule question qui après tout importe vraiment : qu’est-ce qui fait un héros ?

C’est un recueil de 9 nouvelles que je m’étais acheté l’année de sa sortie il me semble, en 2016. La couverture me plaisait et le thème des super-héros encore plus, rien de surprenant quand on sait que pendant des années j’ai été fan des X-Men.
Je fais un rapide résumé de chaque nouvelles suivies de mon avis. Commençons sans plus tarder :

Super 8 de Thomas Geha : le narrateur est un super-héros qui nous retrace son enfance puis l’apparition et l’utilisation de ses pouvoirs. Il les tire des chansons françaises des années 80, lui qui déteste cette période musicale… c’est ballot.
J’ai bien aimé, c’était plaisant à lire. J’ai souri plus d’une fois et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai chanté avec Super 8… putain de musique des années 80, comme il le dit si bien.

Retraite anticipée de Camille Courtain : le narrateur est dans sa voiture avec la fille qu’il voit, quand soudain il percute quelque chose. Les passants accourent, découvrent effarés l’identité du mort et se mettent en colère contre le héros de cette histoire.
En commençant ce recueil, je pensais qu’on ne trouverait que des super-héros comme personnages principaux… pas dans celle-ci en tout cas. Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne une telle tournure, même si mon intuition me soufflait que quelque chose clochait dans cet accident… sans trop savoir quoi. C’était une lecture super rapide, je n’ai pas vu défiler les pages. J’ai beaucoup aimé.

Mille éclats de Davy Artero : Edgar est dans la chambre de sa fille. Il lui parle pendant qu’elle semble dormir. Il lui révèle la manière dont ses pouvoirs sont apparus, dont ils fonctionnent et comment il les a cachés toutes ces années.
La vache ! C’est pas une histoire très gaie, mais j’ai adoré… surtout la chute qui, même si ce n’était pas une grosse surprise, m’a plu.

L’interview de Louise Laurent : comme l’indique le titre de la nouvelle, c’est une interview du super-héros Galaxy Defender. Je m’attendais à découvrir uniquement un dialogue entre la journaliste et le héros, mais non, c’est entrecoupé par le ressenti du narrateur.
Le début s’est laissé lire sans plus jusqu’au moment où il raconte son aventure contre Shadow Walker et d’un coup, le récit est devenu passionnant… puis au fil de l’émission, un malaise s’installe. J’ai trouvé ça bien joué.

Worms de John Steelwood : la nacelle sur laquelle Jean-Luc et Rémi travaillent menace de tomber dans le vide et les deux hommes s’accrochent comme ils peuvent. Jean-Luc tient son ami à bout de bras et se met à penser à tout ce qu’il a vécu et qui l’ont mené à ce moment – l’utilisation de ses pouvoirs.
C’est une lecture déroutante. On vogue entre présent et passé et on s’y perd un peu… je n’ai pas réussi à accrocher au récit. Et la fin ouverte ne m’a pas aidé… ça sonnait plus comme une introduction à un roman.

L’apocalypse selon Jonas de O’Scaryne : Jonas obtient un poste d’hôte de cabine d’essayage virtuelle alors qu’il n’a jamais exercé ce métier auparavant. Le premier jour… disons même la première heure, il fait n’importe quoi, s’électrocute en essayant de réparer sa machine et se retrouve affublé du pouvoir de rendre les femmes plus belles. Il aurait pu utiliser ce talent en tant que relookeur et se serait fait un paquet de blé, mais il préfère offrir la beauté gracieusement à toutes, même à celles qui n’ont rien demandé…
Dès les premières lignes, le héros est plongé dans le monde de la mode et je crois que je redoutais ça parce que d’un, je ne m’intéresse pas du tout à ce sujet et de deux, je ne voyais pas le rapport entre son pouvoir et l’apocalypse. Mais finalement, mes craintes et mes doutes étaient infondés. J’ai dévoré cette nouvelle qui est un coup de cœur.

Apprenti de Florent Baudry : le Protecteur est mort suite à un accident de grappin. Son apprenti, Bertrand, reprend le flambeau comme tout bon apprenti et revient sur le cheminement qui l’a mené à ce rôle ainsi que sur ses années en tant qu’apprenti.
J’ai adoré cette nouvelle. On découvre l’envers du décor des successeurs de super-héros. En ce qui concerne la fin, je l’ai trouvée prévisible : il était impossible que cela finisse autrement à mesure qu’on fait connaissance avec le personnage de Bertrand, et j’ai grandement apprécié cette cohérence.

Le cambrioleur masqué de Tiphaine Levillain : Pavel est détective privé. Il est engagé pour empêcher le Cambrioleur masqué de voler le joyau de Mystaë.
C’était une nouvelle bizarre de par l’univers qui tient plus de la fantasy que des super-héros puisqu’il y a des lutins, des fées et des trolls. Ce n’est pas que l’histoire ne m’ait pas plu, je l’ai trouvée sympa, mais c’était perturbant de se retrouver entourée de ces créatures fabuleuses.

Mauvais plan de Doris Facciolo : le Caméléon a été capturé alors qu’il tentait de voler un des engins prévus pour observer les trous noirs, puis il est torturé. Quelles sont les motivations de son geste ? On l’apprend lorsqu’il est interrogé par Miss Business.
La première partie avait un petit air de Wolverine dans l’arme X – un peu la même ambiance que dans le comics si ce n’est que le héros n’est pas devenu un animal sauvage par la douleur -, et ce qui m’a confortée dans cette sensation, c’est que l’auteure fasse allusion à ce X-Men – ce que j’ai d’ailleurs apprécié. J’ai bien aimé ce récit… surtout la fin.

Chaque nouvelle est précédée d’une illustration en noir et blanc qui fait référence aux cover de comics américain, même le petit encadré en haut à gauche est présent avec le nom de la maison d’édition qui pour l’occasion est devenue “Elenya comics”. Étant fan de comics (il y a de cela fort longtemps), je ne pouvais passer à côté d’un tel détail. Ça ajoute du cachet au recueil.
Par contre, un détail surprenant : les neuf super-héros proposés dans ce recueil sont tous des hommes… dommage qu’il n’y ait pas de femmes après tout, on en trouve quand même pas mal dans les comics. Bref, ça manquait un peu de parité.
J’ai bien aimé cette lecture, c’était rapide et plaisant à lire.

ABC Imaginaire 2021 – lettre X :
02/26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.