Peau d’Homme – Hubert & Zanzim

Titre : Peau d’Homme
Scénariste : Hubert
Illustrateur : Zanzim
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 160
Quatrième de couverture : Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s’affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l’amour et la sexualité.
La morale de la Renaissance agit alors en miroir de celle de notre siècle et pose plusieurs questions : pourquoi les femmes devraient-elles avoir une sexualité différente de celle des hommes ? Pourquoi leur plaisir et leur liberté devraient-ils faire l’objet de mépris et de coercition ? Comment enfin la morale peut-elle être l’instrument d’une domination à la fois sévère et inconsciente ?
À travers une fable enlevée et subtile comme une comédie de Billy Wilder, Hubert et Zanzim questionnent avec brio notre rapport au genre et à la sexualité… mais pas que. En mêlant ainsi la religion et le sexe, la morale et l’humour, la noblesse et le franc-parler, Peau d’homme nous invite tant à la libération des mœurs qu’à la quête folle et ardente de l’amour.

Ça fait quelques semaines que je vois cette bande-dessinée tourner avec de très bons retours et j’avais bien envie de m’y essayer donc quand ma Barbouille m’a proposé de me le prêter, j’ai foncé sur l’occasion et je suis ravie de l’avoir fait.

L’histoire se déroule dans l’Italie moyenâgeuse. L’héroïne, Bianca, vient d’avoir 18 ans et ses parents ont arrangé son mariage avec Giovanni, un homme qu’elle ne connaît pas, ce qui la dérange. Déjà là, on voit le décalage entre elle qui souhaiterait connaître son fiancé avant de l’épouser et ses amies qui ont été dans la même situation et l’ont accepté sans se poser de questions.
La marraine de Bianca l’invite à passer quelques jours chez elle. Là, elle lui révèle un secret de famille : elle possède une peau d’homme et si elle la revêt, elle deviendra Lorenzo, un beau jeune homme. C’est l’occasion de passer incognito et de se lier d’amitié avec Giovanni. On se doute dès leur première rencontre que cette amitié évoluera… pour le plus grand malheur de Bianca.

Autant j’adore la couverture qui est splendide, avouons-le, que ce soit en raison des entrelacs brillants qui ne rendent pas sur la photo, ou à cause du choix des couleurs, autant les dessins à l’intérieur m’ont laissée, dans un premier temps, perplexe. Au début, je n’étais pas sûre d’aimer et pourtant, je m’y suis rapidement faite, j’ai trouvé que ça se mariait parfaitement au texte et finalement, j’adore les illustrations.
Quant à l’histoire, il ne se passe rien d’extraordinaire, même si revêtir une peau d’homme qui change le corps de l’héroïne est déjà fabuleux, n’empêche que dès les premières pages, je me suis complètement immergée dans cette lecture. Il était tard et, à mon grand désarroi, j’ai dû faire une pause au beau milieu, j’ai rêvé de la suite toute la nuit.

C’est clairement une critique de la société de l’époque : la différence de traitement entre l’homme et la femme au niveau de la liberté (de mœurs notamment). L’homme étant considéré comme un dieu s’il entretient plusieurs liaisons alors que la femme n’est qu’une dépravée, et ce, même si elle est fidèle… le prêcheur le martèle tout au long du récit et enflamme les fanatiques : ce sont des filles d’Eve, des impudiques, etc. qu’il faut enfermer et brimer.
Ce qui est fabuleux… et qui fait également peur… c’est qu’on peut transposer cette critique à la société actuelle sur bien des points. Maintenant, la religion catholique essaie d’être moins stricte, de s’ouvrir et de vivre avec son temps, mais d’autres religions ont pris la relève et prêchent les mêmes paroles que Fra Angelo dans Peau d’homme.
Bianca se bat contre cet obscurantisme grandissant, sous l’apparence de Lorenzo, mais doucement au fil des pages, elle se révolte et clament certaines vérités qui foutent une sacrée claque… y en a un paquet, mais j’ai surtout en tête le moment où elle se fâche après s’être bouffée une insulte de trop et qu’elle rétorque que ce n’est pas son corps le problème mais le regard sale qu’il pose dessus. C’est très féminisme tout ça
Ce n’est pas le seul message que les auteurs font passer : c’est également un appel à la tolérance. Giovanni a beau se chercher des excuses quant à ses relations avec les hommes, il se ment à lui-même : il est clairement homosexuel et Bianca le réalise. C’était une situation douloureuse pour elle, mais j’ai aimé la relation des deux époux et sa réaction face à l’homosexualité de son mari.

C’est un coup de cœur pour cette bande-dessinée, à tel point que je me l’achèterai – je tiens absolument à l’avoir dans ma bibliothèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.