Alice Royale, tome 2 : Le Chat du Cheshire – Céline Mancellon

Titre : Le Chat du Cheshire
Saga : Alice Royale, tome 2
Auteur : Céline Mancellon
Éditeur : Sharon Kena
Nombre de pages : 150
Quatrième de couverture : A la fin du premier tome, nous avions laissé Alice dans une situation délicate. Il est temps de découvrir de quelle manière notre enquêtrice aux yeux vairon arrivera à se sortir de là…

Ça fait environ 4 ans que j’ai lu le premier tome de cette saga et il m’avait tellement marqué que je m’en rappelle plutôt bien ; quant à ce que j’avais oublié, ça m’est revenu au fil des pages.

A la fin du tome précédent, Alice a été enlevée par le démon 666, Sorath. Elle se réveille dans une maison hantée. Un chat lui montre la sortie, mais une barrière invisible l’empêche de quitter les lieux. Et un cavalier sans tête essaie de pénétrer dans l’habitation, en vain. En parallèle, l’inspecteur Russel fait équipe avec le hunter Beleth et le vampire Julius afin de retrouver l’héroïne.

Ça s’est lu super vite, peut-être trop rapidement, une impression renforcée par le fait que l’histoire se déroule sur une seule et unique soirée.
On a droit à pas mal de révélations dans ce premier tome : la raison pour laquelle Beleth et Julius sont attirés par Alice, l’existence des égrégores, le rang de Sorath dans la société démoniaque, les secrets du centre des Clonés ainsi que celui de Meredith la spécialiste des vampires.
J’ai apprécié d’avoir des réponses à certaines questions, même si d’autres interrogations sont soulevées dans ce second tome.

J’ai moins ri que dans le premier… en même temps, peu de situation s’y prêtait puisque Alice était loin de ses trois prétendants. Quelques vannes entre le hunter et le vampire m’ont amusée, mais Russel est beaucoup trop sérieux – ça casse presque l’ambiance… non, pas vraiment, c’est pas plus mal qu’il soit là, ça rend certaines situations décalées et ça permet aux démons de ne pas partir dans tous les sens et de se recentrer sur leur mission : sauver Alice.
A noter également que j’ai apprécié les illustrations qui parsèment le texte : des personnages avec un character design très manga. Ça se mariait parfaitement avec l’histoire.

C’était une lecture sympathique que j’ai bien aimée.
J’aurais voulu lire les suivants histoire d’en savoir plus sur Alice, son passé au centre et avec sa tutrice Honorine… malheureusement, la suite n’est pas parue. Dommage.

ABC Imaginaire 2021 – lettre M :
09/26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.