Le grimoire d’Elfie, tome 1 : L’île presque – Audrey Alwett, Christophe Arleston & Mini Ludvin

Titre : L’île presque
Saga : Le grimoire d’Elfie, tome 1
Scénario : Audrey Alwett & Christophe Arleston
Illustrations : Mini Ludvin
Éditeur : Drakoo
Nombre de pages : 80
Quatrième de couverture : Elfie et Magda vivent depuis la mort de leur mère chez une tante acariâtre. Mais un jour leur sœur aînée revient de Londres : elle a transformé un bus anglais en librairie ambulante pour aller de village en village. Une nouvelle vie commence ! Leur première étape les amène dans une île bretonne où de vieilles rancœurs secouent la population, pour un mystérieux timbre perdu. Mais surtout, Elfie découvre qu’elle a hérité des talents de sorcière de sa mère, et d’un grimoire qu’elle doit nourrir de ses écrits.

J’ai emprunté ce premier tome à la médiathèque : la couverture me plaisait bien avec ce petit côté magie. Je suis dans une période très sorcière en ce moment.
Ça va être compliqué à résumer, donc je vais le faire en deux temps.

Elfie nous raconte son histoire… enfin, elle l’écrit sur son grimoire afin de le nourrir… oups, je vais un peu trop vite en besogne.
Le background est le suivant : Louette, Magda et Elfie vivaient avec leur mère Mélusine jusqu’à ce que cette dernière décède.
Au début du récit, la sororité en est là : l’aînée Louette est majeure, elle a donc pris le large. Quant aux deux autres, elles vivent chez leur tante qui, avouons-le, n’est vraiment pas sympa.
Louette revient avec un bus anglais qu’elle a transformé en librairie ambulante. Elle a obtenu la garde de ses sœurs et toutes les trois partent faire le tour des petites villes de France. Premier arrêt : Kermalo, une petite île où elles avaient l’habitude de partir en vacances avec leur mère.
La grande donne à ses cadettes leur héritage : Magda a droit à un camé, Elfie à un grimoire (magique).

J’ai apprécié les détails administratifs de cette histoire : hormis que j’ai trouvé trop facile le fait que Louette obtienne la garde de ses frangines sans même que la tante ne soit entendu par le juge, son inscription à la mairie de Kermalo m’a fait sourire (kbis et tout ça), ça tenait la route.
J’ai beaucoup aimé les dessins, ils sont jolis tout plein. Le character design des personnage est réussi, maîtrisé et m’a bien plu. Les couleurs sont harmonieuses et les décors sont sympas. L’illustratrice a le sens du détail.

Le gros point fort, ce sont les personnages : ils sont attachants.
Louette se montre sage et attentionnée.
Magda est énervante par moment, mais elle est fragile, estropiée et tout la blesse – je l’ai trouvée touchante.
Elfie n’est pas toujours cool avec sa sœur ce qui m’a dérangée bien avant de savoir pour la cadette, mais elle est vive et enjouée ce qui la rend sympathique.
J’adore surtout sa grenouille Salicorne, elle est chou et d’une grande aide – et gros plus, elle m’a fait sourire.

J’ai passé un très bon moment, ça démarre doucement puis la magie débute et tout s’accélère ; pour autant, cela reste très humain. J’ai adoré cette lecture et je n’ai plus qu’à attendre que le prochain sorte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.