Père Fouettard Corporation, tome 1 – Hikaru Nakamura

Titre : Père Fouettard Corporation, tome 1
Auteur : Hikaru Nakamura
Éditeur : Kurokawa
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : Au Japon, c’est la crise. Pas facile d’avoir un boulot quand on n’a pas de diplôme. Miharu Hino, 22 ans et abonné aux CDD pourris, en sait quelque chose.
Et le Père Fouettard, vous connaissez ? Celui qui se balade à Noël avec un fouet et un grand sac pour y plonger les vauriens. Miharu s’apprête à faire sa connaissance.
Bien loin d’être un affreux moutard, notre héros se retrouve malgré lui au fond du sac du père Fouettard, en route pour le pôle Nord ! Il y découvre le véritable visage de Noël, plus proche d’une multinationale peu scrupuleuse que d’un atelier coquet. La petite entreprise du Père Fouettard ne connaît pas la crise.

En début de mois j’ai vu le numéro 5 de cette série et ça m’a interpellé… ça avait forcément un rapport avec Noël, donc l’idée m’est venue de m’y essayer. J’ai donc acheté le premier, en plus la couverture est trop belle.
Avec un titre pareil, je m’attendais à ce que ce soit une histoire de baston comme c’est très à la mode en ce moment, mais non, du tout.

Miharu a 22 ans. Il ne trouve pas de CDI et pour survivre, il travaille dans un konbini (supérette ouverte 24h sur 24). Son collègue est un gros connard qui abuse de sa gentillesse, il récupère les invendus alors que c’est interdit. Miharu le couvre et la seule fois où il fait une incartade, il est découvert par le père Fouettard qui le catalogue comme “enfant méchant” donc il kidnappe notre héros qui est contraint de travailler pour son organisation.

Quand j’ai commencé cette lecture, la première chose que je me suis dit c’est que les dessins n’étaient quand même pas terrible ! Le héros a une tête de con et son collègue encore pire. Quant aux autres personnages, le style graphique est assez classique. Ce qui contraste fortement avec Knecht (le père Fouettard qui est sur la couverture) : alors OK, il n’a pas de visage, malgré ça, il a la classe que ce soit ses postures ou ses vêtements ! Je suis fan du perso, non seulement il a la classe, mais en plus il est rusé cet enfoiré.
Par la suite, soit les dessins s’améliorent, soit je m’y suis fait, je n’ai pas assez de recul pour savoir.

Le gros point fort de ce manga, c’est l’univers… il est déjanté, il suffit de penser au père Bonnet et à ses bonnet-lutins. Je n’en dis pas plus, c’est un personnage aussi fou que glauque.
En ce qui concerne l’atmosphère, c’est typique de Noël avec ses décors, l’usine du père Fouettard au Pôle Nord, etc. J’ai trouvé que c’était parfait en cette période de fête : pas trop joyeux, loin d’être neuneu, un brin sombre sans être excessif. Un juste milieu. Une histoire comme je les aime.

C’est un coup de cœur pour cette lecture et il me faudra absolument la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.