Le renard et le petit Tanuki, tome 1 – Mi Tagawa

Titre : Le renard et le petit Tanuki, tome 1
Auteur : Mi Tagawa
Éditeur : Ki-oon (Kizuna)
Nombre de pages : 159
Quatrième de couverture : Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage… à tel point que les dieux, pris d’une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l’en sortir… à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d’une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil.
Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu’il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s’embarrasser d’un disciple, aussi mignon soit-il… Sauf qu’au moindre signe de rébellion, il est parcouru d’une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d’accepter le marché…

C’est officiellement le meilleur manga de la décennie !
Quand je l’ai vu pour la première fois, j’ai flashé sur la couverture. Et le libraire m’a dit : “Attention, ce n’est pas une lecture toute gentille comme semble l’indiquer les illustrations”. Parfait, raison de plus pour le prendre.

Senzo, un renard noir maléfique, a été emprisonné pendant 300 ans par la déesse Amaterasu. Elle décide de le libérer en lui confiant une mission : élever un petit Tanuki, animal métamorphe chassé par ses parents, en parfait serviteur des dieux… eh ben le pauvre, avec Senzo c’est pas gagné ! Heureusement, la déesse a tout prévu pour l’obliger à mener à bien sa tâche, et elle le fait surveiller par Tachibana et Mikumo, deux canidés.

J’ai adoré les personnages.
Senzo est malin, vil, coléreux – je le trouve génial.
Manpachi le Tanuki est attachant et trop mignon, j’ai tellement envie de le papouiller.
En ce qui concerne Koyuki, la renarde blanche, je suis partagée : je crois qu’elle m’a plu, mais mon instinct me dicte de m’en méfier ; je n’ai pas encore réussi à la cerner. Tachibana est de bonne humeur et c’est communicatif, on ne sait pas trop si c’est un loup blanc ou un berger suisse – vu son comportement, je vote pour un chien, mais on ne sait pas trop puisqu’il fait partie de la meute de loup.

Les illustrations sont magnifiques : les décors sont épurés, ce qui permet de s’attarder sur le character design. J’ai passé du temps à les détailler. Le faciès des personnages est incroyable : toutes les émotions y passent et on n’a pas besoin de texte pour comprendre ce qu’ils ressentent.
J’ai ri plusieurs fois : quand ce vilain Senzo fait foirer leur première mission avec l’esprit du logis, il est évident, à la tête qu’il tire, qu’il l’a fait exprès.C’est de loin le moment qui m’a fait le plus kiffer, mais ce n’était pas le seul.

C’est un énorme coup de cœur pour ce premier tome. J’ai les trois prochains tomes que j’ai achetés pour ma fille et je ne vais pas attendre avant de les lire.

Cold Winter Challenge :
Marcher dans la neige 
– Forêt enneigée (animaux, écologie, nature-writing)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.