Absolument Normal, tome 2 : Tous seuls – Kid Toussaint, Alessia Martusciello & Alberto Aurelio Pizzetti


Titre : Tous seuls
Saga : Absolument Normal, tome 2
Scénario : Kid Toussaint
Illustrations : Alessia Martusciello & Alberto Aurelio Pizzetti
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Dans le monde de Cosmo, tout le monde développe des pouvoirs extraordinaires. Tout le monde ou presque, car quelques adolescents voient se développer chez eux des mutations mineures ou sans intérêt. Quant à Cosmo, c’est simple : il est absolument normal ! En compagnie de Tim, un chronopheur capable d’arrêter le temps quelques secondes, il a réussi à fuir le centre d’éducation forcée où il était enfermé.
A deux, ils arrivent péniblement à se réfugier dans une cabane perdue en pleine forêt. Ils sont accueillis plutôt rudement par Oger, un géant inquiétant qui garde sa fille enchaînée dans une grange. Mais de bien plus terribles secrets attendent Cosmo et Tim…

J’avais hâte de découvrir ce second opus, mais je ne m’attendais pas à ça.
À la fin du premier tome, Cosmo s’est enfui avec ses camarades de Nouvel Horizon et se sont fixés comme mission de libérer tous les jeunes qu’on a placés dans ces institutions. Donc je pensais que l’histoire porterait dessus… ben non ! Il y a une ellipse et on retrouve Cosmo et Tim fuyant les patrouilles de recherche pendant au moins deux saisons.
Malheureusement, le chronopheur tombe gravement malade et nos deux jeunes héros doivent s’abriter. C’est un horrible bonhomme du nom de Oger qui leur offre refuge.
Pendant ce temps-là, les actions de Cosmo ont eu des répercussions sur Médusa et ses amis.

C’était surprenant, un récit inattendu, des premières impressions qui ne sont pas forcément les bonnes, des faux-semblants. Les événements laissaient entrevoir tel final, mais cela bifurquait et prenait une autre tournure étonnante mais tout aussi cohérente que celle espérée.

J’aime bien les personnages : Médusa s’annonçait déjà comme une idéaliste à la fin du premier tome, là davantage. Et ça me plaît.
Cosmo manque un peu de jugeote, le souci c’est qu’il ne creuse pas assez, ne va pas au fond des choses et ça lui joue de vilains tours.
J’apprécie particulièrement Tim : il a un fort côté sauveur qui me plaît bien et qui ressort vachement dans les premières pages, malheureusement dans ce second tome, il n’est pas très présent, c’est dommage.

Les dessins sont très chouettes. Les couleurs et la luminosité des paysages se marient parfaitement avec l’ambiance. Ça a rendu cette lecture agréable et dépaysante à souhait. J’ai surtout apprécié les panoramas dans lesquels évoluent Cosmo et Tim – je suis moins des décors urbains.
J’avais bien aimé le précédent, mais ce n’est rien en comparaison de ce second tome que j’ai adoré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.