Zhaodi – Sarah Buschmann & Morgane Stankiewiez

Titre : Zhaodi
Autrices : Sarah Buschmann & Morgane Stankiewiez
Éditeur : Noir d’Absinthe
Nombre de pages : 352
Quatrième de couverture : Chine, 2015.
Deux âmes perdues, un père et sa fille, se retrouvent après des
années d’absence pour un décès. Celui de la Mère. Celui qui
rouvre les plaies d’un passé que tous deux auraient préféré
oublier…
Un thriller asiatique sombre et cruel, sur fond de secte, livré par
deux autrices amoureuses des ténèbres…

Je tiens avant tout à remercier la Masse Critique Babelio ainsi que les éditions Noir d’Absinthe pour la confiance qu’ils m’ont accordé pour ce partenariat.
Décidément, ces derniers temps, je suis abonnée aux lectures se passant en Chine, ce qui me va bien, même si une fois de plus, l’histoire ne se passe pas dans ma période préférée : elle s’étend de 1981 à 2015.

Zhaodi est née peu après que la loi de l’enfant unique ait été promulguée, c’est une fille et Cheng, son père, est chargé de s’en débarrasser. Malheureusement, après l’avoir abandonné dans un panier, il s’en veut terriblement et le triste sort de sa fille l’obsède. Il finit par la sauver in extremis – déjà rien que ce premier chapitre donne le ton : la réalité est beaucoup plus atroce que ce qu’imaginait Cheng.
Ce n’est que la première étape d’un long chemin de croix pour ces deux personnages qu’on retrouve en 2015, lorsque la mère de notre héroïne est retrouvée morte dans son appartement. Cela ressemble à un suicide, mais lorsque Cheng et Zhaodi se retrouvent, après des années sans s’être revus, pour trier les affaires de la défunte, ils tombent sur des écrits qui les troublent : est-ce que Xian s’est réellement donnée la mort ou l’a-t-on aidé ? La secte qu’ils ont fui des années auparavant a-t-elle appris qu’ils étaient toujours vivants ? Ils décident de mener l’enquête et surtout de remonter le cours de leurs sordides souvenirs, seul moyen pour comprendre et qui sait..; pour sauver leur vie.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que leur vie n’a pas été un long fleuve tranquille et ils sont marqués par leur passé qu’on découvre au fil des pages. Ce qui leur est arrivé n’était pas une grosse surprise, mais de le lire a rendu la situation plus réelle, plus douloureuse et plus glauque aussi.
C’est bien amené et ça sonnait vrai : ça aurait pu être une histoire vraie. Ça m’a retournée et je vais avoir du mal à passer à autre chose tant l’ambiance sombre est prenante et dérangeante.

Je n’ai eu aucun mal à m’attacher aux personnages :
Zhaodi se montre froide, mais je l’apprécie, je comprends ses réactions et sa lassitude.
Cheng aurait dû m’énerver : il est alcoolique et lâche, tout ce que je déteste, pourtant l’attachement qu’il a pour sa fille est palpable. Il la met dans des situations pas possibles, néanmoins il essaie toujours de la sauver, aussi maladroite (voire catastrophique) que soient ses tentatives. Je n’ai pas pu m’empêcher de trouver ça touchant, même si son indifférence pendant la période au sein de la secte m’a fait grincer des dents.

Le seul bémol pour moi est que ça manque un peu de descriptions et surtout de contexte historique, du coup, je n’ai pas eu l’impression d’être en Chine, ça aurait pu être n’importe où ailleurs.
N’empêche que j’ai adoré cette lecture dont je ne suis pas ressortie indemne.

Coupe des 4 maisons :
Retourneur de temps (3ème année) – un livre publié il y a moins de 3 mois (le 11 mars 2022) 30 points

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.