Iruma à l’école des démons, tome 01 – Osamu Nishi

Titre : Iruma à l’école des démons, tome 01
Auteur : Osamu Nishi
Éditeur : Nobi nobi !
Nombre de pages : 192
Quatrième de couverture : Un jour, le jeune Iruma devient, bien malgré lui, le petit-fils adoptif d’un papy démon excentrique. Une nouvelle vie commence alors pour lui à Babyls, une école peuplée de monstres en tout genre, où personne n’a jamais vu d’humain mais tout le monde rêve d’en dévorer un ! Et entre les démons qui le défient en duel, les succubes extravagantes et les épreuves scolaires mettant sa vie en péril, Iruma ne pourra compter que sur un atout : sa gentillesse désarmante.
Mais comment un humain au bon cœur va-t-il pouvoir survivre dans cet enfer ?!

Que dire de cette lecture que j’ai découverte grâce aux 48hBD ? Je n’étais pas très motivée pour le lire, elle me faisait penser à une vieille série qui passait quand j’étais petite (j’ai un trou de mémoire quant à son nom) et dont je n’étais pas fan car trop débile…
Ce n’est pas celle-ci puisqu’elle n’a que 5 ans.
Par contre, ce premier tome est complètement barré et j’avoue à ma grande honte que j’ai beaucoup ri au début et à la fin.

La trame principale est un grand n’importe quoi :
Iruma est un humain de 14 ans qui est incapable de dire non à qui que ce soit. Ses parents le vendent pour une somme rondelette (ce n’est pas dit, mais j’espère pour eux qu’ils sont devenus riches) à un démon. Ce dernier est vieux et son rêve est de devenir grand-père comme tous les amis de son âge donc il propose à Iruma de devenir son petit-fils. La supplique est faite dans les règles et notre jeune héros ne peut pas refuser. Il est loin d’imaginer qu’il finirait à l’école des démons et que sa malchance légendaire le sauverait et ferait de lui un élève craint par les autres qui ne voit en lui que puissance et savoir-faire. S’ils savaient…

Bref, vous l’aurez compris, ce manga est une comédie et les épreuves qu’Iruma affrontent ont une conclusion plus ridicule les unes que les autres. Parfois c’était drôle et d’autres fois, c’était abusé au point de ne pas être amusant. Là, je pense notamment à pas mal de passage où apparaît Clara Valac… ça m’a probablement fait cet effet parce que je ne l’aime pas du tout, elle me saoule.
Iruma passe bien, il est sympathique, un brin tête à claque, mais ça passe.
Alice Asmodeus a la classe et c’est à se demander ce qu’il fait à la botte de l’humain… j’en suis venue à la conclusion qu’il n’était pas très malin de se faire piéger par les apparences.
Mes préférés sont indéniablement :
– le papy démon, ses réactions sont exagérées, mais il m’a fait rire ( il me fait un peu penser à Maître Shinigami dans Soul Eater).
– le prof Naberius Callego. Il est rigide à mort et ça part systématiquement en cacahuète… le pauvre, il souffre !
J’ai mis les noms complets de trois démons parce que j’ai pris plaisir de constater la référence aux démons célèbres – il n’y a que Sabnock que je ne connaissais pas.

Les dessins sont sympas, ça passe bien, mais pas de quoi s’étendre pendant 10 ans. À préciser quand même que les plus belles planches sont celles avec Asmodeus… on a bien compris à qui va la préférence de l’auteur (et la mienne aussi pour l’instant).
Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment, j’ai adoré ce premier tome et il faudra que je me procure les prochains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.