Elfen Lied, double, tome 4 – Lynn Okamoto

Titre : Elfen Lied, double, tome 4
Auteur : Lynn Okamoto
Éditeur : Delcourt-Tonkam (Seinen)
Nombre de pages : 416
Quatrième de couverture : Alors que Mariko a été envoyée capturer Nyu, Kurama retrouve Nana en plein combat contre elle. Mais leurs retrouvailles sont de courte durée… Car ils sont désormais la cible d’un missile de type Harpoon. Kakuzawa, quant à lui, décide de sacrifier sa fille Anna dans l’espoir qu’elle prédise l’avenir. Son souhait bientôt exaucé, il ne lui reste plus qu’à exterminer Nyu, ses hommes de main partent finir le travail à sa place…

Dans ce quatrième tome, c’est surtout Nana qu’on suit. Elle et Kurama se retrouvent face à la fille de ce dernier, Mariko et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est super dangereuse.
Point positif : on découvre enfin le passé de Kurama et notamment ce qui est arrivé à sa femme, la naissance de sa fille, etc. Ça répond donc à pas mal de questions que je me posais.
Le combat s’éternise sur plusieurs chapitres et se termine à la moitié du tome.

Puis on a droit à une ellipse d’un an. Si la vie de Nyu et de ses camarades stagne, le vilain méchant directeur du camp de prisonniers dicronius (je ne me souviens ni du nom du chef, ni du nom de sa base) a bien avancé dans son plan.
Un nouveau personnage fait son apparition. Je n’ai aucun souvenir du type, je suis incapable de savoir s’il est déjà apparu dans le manga. Un détail me perturbe : son nom n’est jamais dit, donc ça ne m’a nullement aidée. En tout cas, une chose est sûre : il est nul, c’est un gros pervers qui n’apporte rien à l’histoire à part des petites culottes et un sein de-ci de-là.

J’avoue que je suis déçue par ce quatrième tome.
O.K, l’affrontement entre Mariko et son père était dans un premier temps intéressant, mais je m’en suis vite lassée parce que la dicronius est une vraie girouette, elle change d’avis comme de chemise (plus vite en fait), ne s’en tient pas à ses décisions, elle est juste pathétique.
C’est un tome qui n’apporte rien à l’histoire. Et je me suis ennuyée, je n’avais qu’une hâte : que ça se termine pour passer à une lecture plus sympa.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.