Mille Femmes blanches, tome 1 – Jim Fergus

Titre : Mille Femmes blanches, tome 1
Auteur : Jim Fergus
Éditeur : POCKET
Nombre de pages : 495
Quatrième de couverture : En 1874, à Washington, le président américain Grant accepte dans le plus grand secret la proposition incroyable du chef indien Little Wolf: troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du périple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart des “Mille femmes” viennent en réalité des pénitenciers et des asiles de tous les États-Unis d’Amérique… Parvenue dans les contrées reculées du Nebraska, l’une d’entre elles, May Dodd, apprend alors sa nouvelle vie de squaw et les rites inconnus des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, May Dodd assiste alors à la lente agonie de soi, peuple d’adoption…

Ça fait plusieurs années que je désirais lire ce roman. J’avais prévu de la faire en lecture commune avec Nymou rossignol livresque, mais la vie en a voulu autrement.
Il ne m’a fallu que quatre petits jours pour terminer ce livre, ce fut une lecture passionnante.

Will Dodd mène des recherches sur son arrière-arrière grand-mère, May Dodd. Puis nous découvrons le journal de May.
La jeune femme vient d’une famille riche, elle a le tort de s’éprendre du contremaître de son père. Elle finit par vivre avec son amant sans être mariés et le couple a deux enfants. Malheureusement, cela ne plaît pas à la famille Dodd qui fomente l’enlèvement de May et l’enferme dans un asile de fou.
Elle y reste une longue année et vit un véritable enfer, jusqu’au jour où elle voit une porte de sortie : le programme FBI, un pacte de paix avec les Cheyennes, un échange où l’État s’est engagé à donner mille femmes blanches à marier contre mille chevaux.
May s’engage et part vers l’ouest avec d’autres femmes.

Un premier point positif : le contexte historique qui mène à la trame de ce roman est placé dès le début. Donc on en connaît tous les tenants et les aboutissants.
On suit des personnages hautes en couleur. Les femmes qui accompagnent May dans cette aventure sont toutes de rangs et de mondes différents. Leur but varie également. J’ai aimé la majorité d’entre elles, elles sont attachantes parce que la narratrice les décrit merveilleusement bien.
C’est également l’occasion de vivre aux côtés des Indiens et de découvrir leurs rituels, leur manière de pensée, leur ouverture d’esprit et la différence entre leur culture et celle des blancs. Pendant des années, je me suis intéressée à ce peuple et j’ai apprécié ce voyage dans l’ouest.

Je n’ai pas vu le temps passer, ni les pages défiler. Et dès les premières pages, j’étais sûre d’adorer cette lecture et je ne me suis pas trompée. La plume de l’auteur est belle, je me suis perdue dans les descriptions que May nous fait de sa vie et des contrées sauvages qu’elle traverse.
Bref, c’était une lecture géniale, il faudra que je me procure la suite.

ABC 2022 – Lettre F
15/26

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.