Une merveilleuse histoire du temps

Titre : Une merveilleuse histoire du temps
Réalisateur : James Marsh
Casting : Eddie Redmayne, Felicity Jones, Tom Prior, David Thewlis, etc.
Durée : 2h03
Genre : Biopic, drame
Synopsis : 1963, en Angleterre, Stephen, brillant étudiant en Cosmologie à l’Université de Cambridge, entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. De nouveaux horizons s’ouvrent quand il tombe amoureux d’une étudiante en art, Jane Wilde. Mais le jeune homme, alors dans la fleur de l’âge, se heurte à un diagnostic implacable : une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans.
Grâce à l’amour indéfectible, le courage et la résolution de Jane, qu’il épouse contre toute attente, ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps.
Alors que son corps se dégrade, son cerveau fait reculer les frontières les plus éloignées de la physique. Ensemble, ils vont révolutionner le monde de la médecine et de la science, pour aller au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer : le vingt et unième siècle.

Ça fait très longtemps que je voulais voir ce film, j’ai donc profité du Pumpkin Autumn Challenge pour le mettre dans ma PàV (pile à voir ^_^).

C’est l’histoire du célèbre scientifique Stephen Hawking. Ça commence avec ses études à Cambridge un peu avant les premiers symptômes de la sclérose latérale amyotrophique, plus connu sous le nom de maladie de Charcot : ses liens avec d’autres étudiants et professeurs, sa joie de vivre, sa rencontre avec sa petite amie Jane. Assez vite, le diagnostic est posé, les médecins ne lui donnent que deux ans à vivre.
Jane et lui se marient pour profiter de leurs dernières années ensemble, ils ont même des enfants. Seulement, Stephen survit bien plus longtemps que prévu, ce qui est génial pour lui, mais sa femme s’épuise.

C’était très dur de voir le personnage principal décliner ainsi.
Eddie Redmayne joue super bien son rôle : c’est impressionnant ce qu’il arrive à faire passer d’un simple regard.
Sa partenaire, Felicity Jones, est tout aussi bonne actrice, mais elle fait très jeune : autant ça passe dans la première moitié, autant par la suite elle ne fait pas son âge, même grimée, ce qui contraste avec Eddie.

Il y a deux bémols en ce qui me concerne :
– Le premier est l’absence de temporalité. On a une date au début : 1963, puis plus rien. Les années filent puisque la maladie prend de l’ampleur et que ses enfants grandissent, mais rien de précis et c’était frustrant. Finalement, ce n’est pas plus mal puisque je connaissais très peu de détails de la vie de Stephen Hawking, ça a été l’occasion de faire des recherches sur lui.
– L’histoire d’Une merveilleuse histoire du temps est vraiment chouette, et j’ai vraiment adoré, mais je regrette que les théories scientifiques du héros aient été si succinctes. Ça a minimisé l’importance de ses découvertes. Dommage.

Automne frissonnant
Des Sakuma Drops au milieu des lucioles (historique, drame, biographie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.