Le renard et le petit tanuki, tome 2 – Mi Tagawa

Titre : Le renard et le petit tanuki, tome 2
Auteur : Mi Tagawa
Éditeur : Ki-oon (Kizuna)
Nombre de pages : 191
Quatrième de couverture : Quand les dieux réveillent un renard aussi filou que puissant pour éduquer un jeune tanuki, les coups les plus espiègles comme les moments les plus adorables sont à prévoir !
Il était une fois Senzo, un renard surpuissant craint de tous les animaux, qui semait la terreur sur son passage… à tel point que les dieux, pris d’une vive colère, le plongèrent dans un profond sommeil… 300 ans plus tard, à notre époque, ils décident de l’en sortir… à une condition ! Privé de sa force destructrice, le voilà chargé d’une mission spéciale : élever le petit tanuki Manpachi pour faire de lui un digne serviteur de la déesse du Soleil.
Manpachi a été rejeté par sa famille car il possède des pouvoirs immenses, qu’il a encore du mal à contrôler. Allergique à toute autorité, Senzo refuse de s’embarrasser d’un disciple, aussi mignon soit-il… Sauf qu’au moindre signe de rébellion, il est parcouru d’une douleur insoutenable ! Le voilà bien obligé d’accepter le marché…

Un second tome qui n’a rien à envier au premier, même si celui-ci nous plonge un peu plus loin dans les mythes et légendes avec l’apparition de nouveaux personnages.

Manpachi a suivi le Blaireau qui lui a promis de l’emmener voir ses parents. Malheureusement, quand ils arrivent dans la forêt, bon nombre d’animaux sont allongés au sol, mourants. Notre petit tanuki trouve sa mère, c’est alors qu’apparaissent les loirs du Japon, protecteurs de la déesse de la montagne et ils s’en prennent à Manpachi. Mais c’est sans compter l’arrivée des loups du mont Mitake. Ça couvre à peu près la première partie du manga.
Dans la seconde, Manpachi parvient à se transformer en humain et découvre le monde des hommes.

Je me méfiais du blaireau, mais finalement il n’est pas aussi mauvais que je le craignais. C’est juste un vaurien.
J’ai enfin eu la confirmation que j’attendais pour Tachibana : c’est bien un chien – je me disais bien qu’il était trop exubérant pour être un loup – mais comment a-t-il rejoint la meute ?
De nouveaux loups apparaissent et décidément, à part Mikumo et peut-être Chiaki, ils ont tous un grain : entre l’obsession d’Hagiri pour les chats, Shizukaze qui passe son temps à manger du poulet, ce sui contraste avec le calme pataud de son coéquipier,…
Et franchement, les chats n’ont pas l’air plus sains d’esprit.

Et Senzo et Manpachi dans tout ça ? Ils sont présents dans l’histoire et le tanuki remplit son rôle : aider les divinités qui en ont besoin. Leur relation est de plus en plus touchante, la détresse de Senzo dans le souvenir du début ou celle de Manpachi sur la montagne m’ont touchée.
Comme pour le premier, j’ai aussi beaucoup ri et ça fait du bien.

Les dessins sont superbes. J’ai pris beaucoup de plaisir à m’y attarder et à détailler les sentiments qui transparaissaient dans l’expression de leurs visages.
Les personnages sont réussis en tant qu’humain, mais je les préfère quand même en animaux, ils sont trop beaux.
C’est un coup de cœur pour ce second tome et je prendrai du temps le mois prochain pour lire le suivant – si je m’écoutais, je le ferai maintenant, mais j’ai encore de la lecture pour terminer le Pumpkin Autumn Challenge et plus beaucoup de temps.

Automne rayonnant
“You cannot eat the money” (écologie)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *