Esprit de famille

Noël approchant, on a droit depuis quelques semaines à des films plus mièvres les uns que les autres. J’avoue que c’est sûrement la seule période de l’année où je laisse tourner la télé en arrière fond histoire de me lobotomiser. Je ne sais pas exactement la raison pour laquelle je fais cela d’autant que je trouve les films qui passent complètement nuls! A la base, je comptais faire un article sur Noël dans les films et séries, mais le temps manquant, j’ai abandonné l’idée.
Bref, je ne suis pas là pour parler des occasions manquées, mais de ma grosse surprise du mois: Esprit de famille. Il est passé hier sur une chaine publique dont je tairai le nom. Je m’attendais à un film aussi mièvre que les autres… et ben non. Il y a tout le côté famille parfaite ou pas loin qui est assez énervant, le côté guindé de “l’héroïne”, etc… Je mentirai si je disais que ce film n’était pas stéréotypé. Mais il m’a beaucoup touché, il m’a parlé… (mais j’y reviendrai un peu plus loin parce que c’est ce qui m’a décidé à discourir à ce sujet)
Ce qui à la base m’a poussé à le regarder: le seul nom qui était marqué dans le programme télé, Claire Danes. Alors ne me demandez pas la raison de ce choix, je ne sais pas: elle n’apparait que la seconde moitié du film, Sarah Jessica Parker ou Diane Keaton -pour ne citer qu’elles- sont bien plus présentes…


Ce qui m’a poussé à le regarder jusqu’au bout: une certaine tristesse tout au long du film et ce, malgré la joyeuseté de la période. De plus, je me suis un peu reconnue dans le personnage de Meredith, alors pas le côté arriviste ni même le côté très petite bourgeoise qui au final cache un manque total de confiance en soi; je me suis donc reconnue dans ce dernier point, mais aussi dans cette incapacité à se détendre, ce refus de perdre le contrôle, cette maladresse dans les paroles qui la font s’exprimer trop brusquement et qui fait que les autres interprètent mal ses pensées -bon, par contre, son incapacité à comprendre le second degrés c’est pas moi! :p. Voilà, c’est un peu tout cela et encore bien d’autres détails qui ont fait que je me suis reconnue dans ce personnage. Et puis, j’avoue que j’aimais bien Ben, le vilain petit canard de la famille, celui qui semble tellement en dehors de la famille Stone, celui qui a accepté sa différence mieux que les autres, du moins, c’est comme cela que je l’ai ressenti.
J’avoue que j’avais décidé de ne pas en parler sur mon blog, malgré le fait qu’il m’ait tellement plût, je comptais le ranger dans la catégorie “films de Noël”: on le voit et on l’oublie très vite… Eh bien, je n’ai pas pu m’y résoudre. Ce matin, je revenais des courses, repensant à certains moments passés sans que ce ne soit des moments précis, hein ! Juste des sensations ! et là, je me suis remémorée une phrase du film: “Vous avez essayé, mais faut arrêter maintenant. C’est fatigant d’essayer !” En gros, c’était un truc du genre… Et là, je me suis sentie respirer, c’est complétement con, pourtant ça m’a fait du bien…
Donc vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré ce film, il faudrait que je tente de le revoir en replay…

Résumé: Comme chaque année, chez les Stone, famille fantasque et bohème, les fêtes de Noël sont l’occasion de se réunir sous le même toit. Everett, le “fils préféré”, a décidé cette fois de venir accompagné de sa nouvelle petite amie, Meredith, carriériste new-yorkaise pur sucre. Le reste de la tribu fait tout de suite corps contre l’intruse.
Mais si le premier contact est franchement désastreux, amour et hasard vont se mêler pour brouiller les cartes et faire de ces fêtes un moment inoubliable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *