L’éducation d’une fée – Didier Van Cauwelaert

Résumé: Que faire lorsque la femme de votre vie décide de vous quitter parce qu’elle vous aime ?
Comment sauver le couple de ses parents quand on a huit ans ?
Une fille à la dérive peut-elle devenir une fée parce qu’un petit garçon a décidé de croire en elle ?
Avec la force, l’humour et le style qui ont fait le succès de tous ses romans, Didier van Cauwelaert, prix Goncourt pour Un aller simple, nous montre une fois encore comment le quotidien le plus cruel peut bas-culer dans le merveilleux, et la détresse ouvrir le chemin d’une seconde vie.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour moi ces derniers temps, pourtant, j’ai réussi à terminer ce livre en peu de temps, principalement parce que la lecture en était très aisée. Le thème n’était pas particulièrement original, mais j’ai beaucoup aimé la narration. Au début, j’ai un peu eu du mal à me plonger dans l’histoire pour la simple et bonne raison que le narrateur change d’un chapitre à l’autre – deux protagonistes se “disputent” la narration – et que je n’y étais pas préparé. Mais une fois le concept accepté, je n’ai  eu aucun mal à m’y mettre et à avancer vite et bien.
Contrairement au premier livre que j’ai lu de cet auteur et qui était: l’enfant qui venait d’un livre, je n’ai pas eu la désagréable et frustrante sensation qu’on n’avait pas été au bout des choses, que les non-dits étaient trop présents, que ça avait été trop court. Dans L’éducation d’une fée, tout a été dit, du moins, tout ce qui semblait important. Donc j’ai eu tout le loisir d’apprécier ma lecture: aucune frustration, aucun vide. Alors, d’accord, pour la fin, ce n’était absolument pas une surprise, mais ça ne m’a absolument pas gâché mon plaisir comme c’est souvent le cas pour d’autres livres. Je déplore juste qu’au final, il n’y a pas eu de vraie fin, c’est une porte ouverte, ce qui ne me dérange pas outre-mesure, mais là, l’ouverture en est trop grande pour la conclusion qu’elle donne.
Mais à part ça, ça ne m’a nullement empêché d’aimer la lecture et de le finir en une soirée -sachant que j’avais commencé 2 jours avant, mais ce n’est pas les 50 pages que j’avais lu qui ont changé le fait qu’en une soirée, j’ai fait le plus gros, ce qui n’est pas mal, surtout que je dormais debout tellement la fatigue m’harassait. Donc ma conclusion en est plutôt positive surtout que je compte bien lire d’autres ouvrages de cet auteur et pas pour voir s’il y a un autre bouquin que je pourrais apprécier davantage, pas non plus pour découvrir un peu plus son style, mais plutôt parce que j’ai vraiment bien aimé L’éducation d’une fée.

1 réflexion sur « L’éducation d’une fée – Didier Van Cauwelaert »

  1. J’ai ce livre ainsi que pas mal d’autres de cet auteur mais je n’ai encore jamais osé les commencer .. je ne sais pas trop pourquoi .. :/ Mais ils me tentent tous en tout cas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *