Ondine – Benjamin Lacombe

OndineTitre: Ondine
Auteur: Benjamin Lacombe
Éditeur:
Albin Michel Jeunesse
Nombre de pages:
36
Synopsis:
Benjamin Lacombe revient avec le mythe d’Ondine à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images très picturales faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique. Vibrant pour le beau chevalier Hans de Ringstetten, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons. Un grand conte, une épopée romantique dont les thématiques résonnent de manière étonnamment moderne.

J’ai reçu cet album pour Noël. J’avais déjà vu pas mal d’illustrations de cet auteur sur le net et ce, depuis un certain temps mais j’ai vraiment découvert son travail avec les Contes Macabres que j’ai beaucoup aimé. J’ai lu et chroniqué un autre de ses albums (Pourquoi la carapace de la tortue…?). Dans les deux cas, j’ai aimé ce qu’il faisait Je fus donc super contente de recevoir cet album qui est absolument splendide, il faut bien le dire.

Ondine page 13L’histoire est assez sombre mais j’ai adoré. Je l’ai lu à ma petite fille de 6 ans. J’avoue qu’elle n’en a pas forcément compris toutes les subtilités notamment en ce qui concerne les relations entre Hans, Ondine et Ursule, mais elle a quand même beaucoup aimé.
De mon côté, je me suis demandée tout au long de ma lecture si les textes avaient été écrits par Benjamin Lacombe. J’ai donc mené mon enquête qui a été super difficile (en moins de 5 minutes, j’avais ma réponse) De ce que j’en ai lu sur le blog de l’auteur, il semblerait qu’il se soit inspiré du texte original de Friedrich de La Motte-Fouqué ainsi que de la pièce de Jean Giraudoux; et je trouve que c’est une grande réussite. La lecture est fluide et rapide malgré le nombre de mot qui compose l’histoire: je redoutais que l’attention de ma fille ne tienne pas la distance mais elle a été captivée autant par le récit que par les dessins.

Les illustrations sont absolument sublimes. Les couleurs restent sobres malgré les cheveux rouges d’Ondine qui, ne ménageons pas nos mots, en jettent. J’ai adoré le principe des calques superposés sur les images, ça donne une sensation de flou puis de progressivement distinct pour arriver à une image à la fois travaillée et fascinante. J’aime énormément la manière dont les vagues sont dessinées, ça me fait beaucoup penser à celles qu’on trouve dans bon nombre d’estampes japonaises.
Décidément, je suis fan.

Ondine page 10-11En conclusion, cet album m’a ravi, autant que tous ceux que j’ai lu de cet illustrateur. J’ai adoré, et j’ai hâte de découvrir le prochain qui sera Madame Butterfly.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *