Contes de ma terre – Catherine Lamic

Contes de ma terreTitre:  Contes de ma terre
Auteur:
Catherine Lamic
Éditeur: Tertium
Nombre de pages:
75
Quatrième de couverture:
Contes fantastiques et merveilleux racontent l’histoire d’une terre, où la beauté sauvage du causse, voisine avec la vallée de la Dordogne entaillée par les eaux de la rivière. Cette terre, c’est celle des paysans du Quercy qui l’habitent, qui la font prospérer en travaillant son maigre sol et en élevant des animaux. C’est celle mystérieuse, du Drac, des feux follets et autres malins.

J’ai pu découvrir ce recueil de conte grâce à la Masse Critique Babelio : je remercie donc grandement Babelio ainsi que les éditons Tertium pour leur confiance.

Ce qui m’a attirée, c’est bien sûr le résumé : il m’a convaincue qu’avec ce recueil, je retrouverais une partie de ma jeunesse, et que je voyagerai aux côtés de personnages fabuleux. Cette lecture a été bien au delà de mes espérances. Ça s’est lu bien trop vite à mon goût, c’était frais et surtout dépaysant, sentiment renforcé par les dessins de type bucolique de Marie Bazin.
Ce qui m’a frappée d’un premier abord, c’est la mise en page : la police est relativement grosse, le texte est aéré grâce à des interlignes amples,…

Il contient 14 contes, relativement courts (le plus long fait 7 pages, le plus petit 3). Beaucoup se passent principalement dans la région de Quercy située dans le Massif Central. Les autres semblent être dans le même coin.
Les larmes d’une pierre : L’âme d’un mercenaire est enfermée dans une pierre depuis la guerre de Cent ans, jusqu’à ce qu’une petite fille vienne le réveiller.
J’ai beaucoup aimé ce petit conte, une bonne entrée en la matière, un récit complet qui n’omet pas le passé de l’esprit tout en permettant au lecteur de suivre le cheminement de la fillette.
Frou-Frou, la reine des truffes : Frou-Frou, de peur de finir dans l’assiette des fermiers affamés, fuit sa porcherie jusqu’à ce que la faim la pousse à chercher de la nourriture.
Un petit conte fort sympathique, un personnage attachant de par ses réactions tellement humaines.
Des oies pour richesse : Colline, une jeune paysanne, rencontre une vieille dame qui l’avertit d’un danger et la met à l’épreuve.
J’ai eu peur pour l’héroïne, a-t-elle fait le bon choix en suivant les conseils de la vieille ? J’en ai douté jusqu’au bout.
Le Sang-Dragon : Lorsqu’une dragonne prend sous son aile et élève un enfant humain…
Étant fan des dragons, je ne pouvais qu’adorer ce conte au point de le relire, c’est sûrement mon préféré.
La promesse d’un collier : On suit Lisane, jeune fille vaniteuse ; elle ramasse dans la rivière un collier mais il faut toujours se méfier des apparences et bien davantage des promesses.
Ça m’a fait sourire, surtout la conclusion. J’ai aimé l’ambiance de ce conte.
Mouchette et le déserteur : Jérémie, déserteur en fin de guerre, se cache dans une porcherie jusqu’à ce que le fermier le trouve.
Un conte sympathique qui n’a rien de fantastique et pourrait très bien être tiré d’une histoire vraie, j’ai beaucoup aimé.
Piot le dindon : l’histoire d’un dindon beau mais bête comme ses pieds.
Je n’ai pas trop aimé principalement dû au personnage principal qui est en effet très sot… Par contre, la chute m’a plu.
A la racine du Bonheur : Hilda, une sorcière mise à l’écart en raison de son apparence et surtout de son nez disproportionné, part à la recherche d’un ingrédient qui lui permettrait de modifier ce dérageant appendice. Jusqu’où sa recherche la mènera-t-elle ?
J’ai adoré ce conte, il sonne juste, le personnage d’Hilda est sympathique, attachante en très peu de pages. Quant à la fin, elle est juste géniale.
Le soleil dans la maison : Un fermier trouve un bébé non loin de son champ mais il n’ose l’amener chez lui, sa femme étant acariâtre.
Une histoire simple, une fin un peu prévisible mais ça n’en rend pas moins le récit intéressant.
Le bal des animaux : Différents animaux sont invités à un bal chez un seigneur peu aimé. Ils demandent tous leur chemin à un âne qui les met en garde mais ils n’en ont cure. Quand aucun ne revient, le baudet décide d’aller voir de quoi il retourne.
Un conte divertissant qui m’a fait sourire de par les réponses que les animaux donnent à l’âne après son avertissement.
Poivre et Caramel : Deux chiens chassent les poules. Lorsque sa maîtresse adopte un poussin, les choses se corsent.
Je n’ai pas accroché, c’est sûrement celle que j’aime le moins.

Contes de ma terre p56
Les couleurs d’Agneline : Un agneau s’interroge sur le blanc de sa toison, il décide d’aller rejoindre un arc-en-ciel afin de le traverser et colorer ainsi sa laine ; il s’éloigne imprudemment du troupeau.
Un texte plutôt poétique, une belle histoire que j’ai bien aimée.
La jeune fille et le lutin : Lorsqu’un lutin tombe amoureux d’une humaine, il abandonne son immortalité pour la rejoindre, seulement tout a un prix.
J’ai adoré ce conte, par contre, la fin est dure, c’est sûrement ce qui m’a tellement plu au final.
Le pont des âmes disparues : Un berger est chargé par un riche paysans de retrouver sa fille, enlevé par le Roi des Geais, heureusement, il reçoit une aide attendue.
Un très beau conte, dans la lignée des contes classiques, qui clôt magnifiquement ce recueil. J’ai adoré.

Vous l’aurez compris, c’était une lecture passionnante : le style de l’auteur est très agréable, il faudra que je tente d’autres titres, les histoires sont variées et sympathiques.

2 réflexions sur « Contes de ma terre – Catherine Lamic »

  1. quelle lecture attentive ! nous sommes impressionnées ! merci et bravo …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *