Mon petit Chaperon Rouge – Parisa Baro

mon-petit-chaperon-rougeTitre: Mon petit Chaperon Rouge
Auteure: Parisa Baro
Éditeur: Rouge Safran
Nombre de pages: 32
Quatrième de couverture: Il était une fois, dans un lointain pays, un Petit Chaperon rouge qui s’en. allait rejoindre sa grand-mère pour lui porter un livre de poèmes. Chemin faisant, elle rencontra, non pas un loup mais un ogre, qui l’enleva et la ramena dans son antre. Comme le loup, l’ogre n’est pas bien malin, par contre le Petit Chaperon est courageux et astucieux…
Rempli d’émotion et de douceur, tout à ses couleurs persanes, cette parabole du célèbre conte retranscrit par Charles Perrault et les frères Grimm, montre à quel point la valeur du choix prend toute son importance, et combien la vie est plus difficile pour certains enfants que pour d’autres.

Cet album est une énorme surprise. Je ne m’attendais pas du tout à ce contenu, encore moins à y trouver une telle profondeur. C’est bien entendu un conte revisité du petit chaperon rouge. Comme l’indique la quatrième de couverture, le loup est remplacé par un ogre, mais il est presque pire que le canidé. L’histoire n’est pas situé géographiquement parlant, pourtant, on imagine aisément à quelle partie du monde cela fait allusion : d’un, grâce aux “couleurs persanes” qui m’ont tellement attirée, de deux, grâce aux origines de l’auteure qui est iranienne.

Dans cet album, le petit chaperon rouge ne va pas porter de la nourriture à sa grand-mère mais un recueil de poèmes, rien que cela interpelle : de la nourriture pour l’âme autant que pour l’esprit, pas pour le ventre, ça annonce d’ores et déjà la couleur. La fillette s’attarde et c’est avec l’arrivée de la nuit, de l’obscurité, que l’ogre apparait. En quelques pages, l’auteure fait déjà passé deux messages forts.
Le méchant gronde non pas parce qu’il veut la dévorer mais parce qu’elle est hors de chez elle si tard et on conçoit davantage de quoi il retourne lorsqu’il lui dit :

“Ce n’est pas un voile convenable que tu portes ! Je vais t’apprendre à bien te conduire !”

Vous l’aurez bien compris, toute cette histoire porte sur le sujet délicat du port du voile lié à celui de la liberté que l’auteure aborde de façon subtile mais aussi de la façon dont les monstres issus de l’obscurantisme obligent les femmes à porter ce sinistre morceau de tissu les emprisonnant, les obligeant à se cacher et à nier leur désir de lumière, de couleur, etc.
Et c’est à ce moment qu’on sent toute la souffrance que cela évoque à l’auteure, Parisa Baro, avec ces quelques mots que pense le chaperon rouge :

“Comme je suis moche avec ce tissu noir, on dirait un corbeau…”

mon-petit-chaperon-rouge-p8C’est loin d’être une analyse complète de l’œuvre, je vous ai parlé de la moitié de l’album environ, je vous laisse découvrir le reste et notamment la fin qui est juste sublime de par les textes.
Les dessins sont vraiment sympas, embellis par des couleurs chaudes et surtout les détails contenus dans certains objets comme les tapis, le samovar, le miroir, etc.

En ce qui me concerne, c’est un gros coup de cœur pour cet album. Je l’ai emprunté à la bibliothèque mais je vais devoir me l’acheter parce que je tiens absolument à l’avoir dans ma collection tant je l’ai aimé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *