Art en mots : romances – Collectif

Titre: Art en mots : romances
Auteur: Collectif
Éditeur: Art en mots
Format: E-book
Nombre de pages: 118
Quatrième de couverture15 nouvelles de romance à lire pour la bonne cause !
Quinze auteurs d’une même maison d’édition, Art en Mots, se sont associés pour écrire un recueil de romance. Toutes les ventes, dans leurs intégralités seront reversées à l’association Sekolin’Ny Masoandro.
Découvrez sans plus attendre un recueil de nouvelles de romance, plus passionnantes les unes que les autres, et participez à une belle action !

Avant toute chose, je tiens à remercier chaleureusement les éditions art en mots qui m’ont offert la chance de découvrir ce sympathique recueil. Comme l’indique la quatrième de couverture ci-dessus, cet e-book est vendu au profit de l’association humanitaire Sekolin’Ny Masoandro qui lutte contre la pauvreté à Madasgascar.

La photo de Nelly Topscher : quand un artiste trouve la muse à travers une femme et se laisse emporter…
Une entrée en matière sympathique pour cette anthologie. J’ai bien aimé cette nouvelle, plus que le thème c’est la façon dont est amenée une fin inéluctable qui m’a plu.
Il suffit d’une soirée… De Virginie Cailleux : Hayden déprime parce qu’il a rompu avec sa copine. Ses amis le pousse à sortir avec eux, ce qu’il fait. C’est alors qu’il flash sur une nana…
Une histoire sans surprise qui s’est laissé lire.
Parier n’est pas gagné ! de Emy Lie : Titia est boxeuse et s’entraîne dans une salle, seule avec un collègue. Ils se charrient et en viennent à parier sur leur propre victoire s’ils s’affrontent. Chaque coup reçu entraîne un gage. Bien entendu, ça ne s’arrête pas au striptease.
Le langage oral est un peu trop utilisé à mon goût dans la narration. L’histoire en elle-même avait un petit côté émoustillant malgré une fin que j’ai trouvé dérangeante, la réaction de l’héroïne m’a déplu faceà une scène déplaisante au possible. Et quelques incohérences m’ont fait sourire : enlever ses vêtements avec des gants de boxe comme si de rien n’était, bof… Quand Call glisse ses mains sous ses habits, pourtant il a encore ses gants qu’il enlève après, d’ailleurs. Malgré tout cela, j’ai bien aimé ce récit.
Noir divin de Licora L. : le narrateur participe à une soirée spéciale, un moment d’amour dans le noir total avec une inconnue. Une seule règle, ne pas se parler.
L’histoire a un fort côté érotique, alternant entre passages subtils et description un peu plus précise. J’ai bien aimé mais la fin est ouverte ce qui me dérange toujours.
Luxure de Octavie Demanne : Tina, secrétaire pour le beau Carlson, en a marre de le voir se taper ses clientes alors qu’il lui plaît. Elle décide d’en faire autant.
Ça s’est laissé lire, sans plus. L’histoire manquait de surprise et de subtilité.
Rendez-vous de Alexandra LP : la narratrice, Lycia, revient au bout de vingt ans sur les lieux de son premier amour, évoquant des bribes de sa vie depuis. Son ancien amoureux sera-t-il au rendez-vous ?
J’ai adoré cette nouvelle. Elle relate toute une vie de joie, de regrets, d’actes manqués. Elle sonne juste sans être pour autant moralisatrice.
Peinture vive de Emmanuel Starck : David achète une toile sui le fascine et sur laquelle sont peints les ébats d’un homme et d’une femme. Une nuit, il s’endort et rêve que la femme sort de la peinture et lui fait l’amour.
J’ai adoré cette nouvelle. Le déroulé de l’histoire est assez prévisible, pourtant, j’ai trouvé cela intéressant. Une bonne partie du récit est tourné vers David, mais dans les derniers paragraphes, on a le point de vue de la femme et j’ai trouvé ça déroutant. Par contre, j’ai grandement apprécié la chute dans la dernière phrase qui fait entrevoir d’un autre œil l’histoire.
Rachel de Clara Rewak : le narrateur tient un bar de nuit un peu spécial avec une clientèle VIP. Au premier regard, il s’est épris d’un de ses danseuse.
J’ai apprécié l’atmosphère de cette nouvelle. Je trouve cependant que le bar manquait de description, j’aurais aimé plus de détails sur le lieu et moins d’allusions. Pendant toute la nouvelle, je me suis posée la question quant au sexe du narrateur, il m’a semblé savoir au début puis j’ai eu un doute et j’ai dû attendre la fin pour savoir.
L’amour imprévu de Laure Allard-d’Adesky : Aurore pleure. Comme ses amies l’avaient prédit, son petit copain l’a rendue malheureuse. Un moment douloureux qui permet à l’héroïne de revenir sur leur rencontre dans le métro et les moments heureux.
J’ai trouvé que cette nouvelle contrastait agreablement avec les précédentes. Pas de sexe, mais pour autant, des moments d’intimités forts : les espoirs et les rêves qu’on met dans une relation. Un récit un peu trop court à mon goût, j’en aurais redemandé de cette atmosphère apaisante. Un texte qui m’a émue, une excellente surprise et surtout un gros coup de cœur.
Te revoir de Karolyne C. : Jenna se rend à sa réunion d’anciens élèves. Elle est mariée et a deux enfants, mais elle espère tenir sa promesse vieille de vingt ans et retrouver James, son ancien amoureux.
Je n’ai pas cru à cette histoire, peut-être parce que l’auteure brosse un portrait de vie de famille heureuse… Alors pourquoi aller chercher l’aventure ailleurs si tout se passe bien ? Les regrets de ne pas être allé au bout de son histoire d’amour avec James ? Les premières années, pourquoi pas, mais au bout de 20 ans, surtout si on est bien dans son mariage… C’était prévisible étant donné que dès le début on connaît l’intention de Jenna. Ça s’est laissé lire, sans plus.
Menthe à l’eau de Orell Seewalt : Fanny décide de se venger de sa patronne qui l’a lise à pied. Elle nous relate son histoire pleine de fougue, comment elle en est arrivée à cette extrémité et on finit en apothéose avec le châtiment infligé.
Je n’ai pas accroché à cette nouvelle. Ce n’est pas l’histoire qui m’a bloqué mais le style d’écriture de l’auteur : trop familier, trop brut.
LAS VEGAS, BABY ! de Hélène Caruso : Nell et Paige sont amies, mais bien différentes l’une de l’autre. L’une est brune et d’un milieu mideste, l’autre blonde et pétée de thune. Elles décident de partir en vacances à Las Vegas, séjour payé par Paige. Nell, fascinée par son amie, s’embarque dans l’aventure.
Là encore un récit à la première personne avec son lot de familiarité, mais nettement moins que la précédente ce que j’ai apprécié. Rien ne laisse soupçonner la fin, la virée aurait pu être moins gentille. J’ai quand même bien aimé cette nouvelle.
Nuit magique de Sophie Leseure : Mel reçoit un coup de fil de son amie Celya. Cette dernière vient de rompre avec son petit copain. Les deux femmes se retrouvent chez Mel.
Je ne m’attendais pas à ce que cette nouvelle soit si courte. Pas davantage à ce qui se passe entre les deux héroïnes. C’était plaisant à lire, mais la scène a été amenée beaucoup trop brusquement, c’est dommage parce qu’une telle découverte aurait mérité un préambule plus lascif.
I’M SORRY, SO SORRY de Amandine Ré : Maya revient sur sa relation amoureuse avec Lloyd, relation pleine de secret et de jalousie qui s’est terminée trois jours auparavant.
Autant j’ai adoré le début quand l’héroïne nous parle de la manière dont la situation a progressivement basculé avec ses doutes, ses interrogations, autant j’ai détesté la fin avec la réapparition de Lloyd dont ke discours est plat et inintéressant.
Pour le meilleur et pour le pire… et le rire de Marion Fenice : Laura est mariée depuis 10 ans à Benoît et depuis qu’ils ont leur second enfant, leur vie sexuelle en pâtit. Elle décide donc de pimenter les choses en prenant des cours de bondage pendant 6 mois. Passé ce délai, elle décide de se lancer et achète des cordes au magasin de bricolage.
Cette nouvelle m’a mise en joie et j’ai beaucoup ri. J’ai ri avant la fameuse soirée en pressentant la catastrophe et comme ça n’a pas loupé, j’ai ri pendant. C’est un coup de cœur pour cette nouvelle.

Un recueil qui regroupe quinze nouvelles, différentes de par leur thème mais également par leur style, aussi plaisante que rapide à lire. Bref, il y en a pour tous les goûts. Comme c’est souvent le cas dans ce genre de lecture, j’ai préféré certains textes à d’autres, mais aucun ne m’a rebuté. J’ai passé un bon moment, j’ai bien aimé cet e-book.

Challenge Tournoi des 3 Sorciers :
Beedle le barde (Histoire de la magie – 1ère année relecture) – Un recueil de conte ou de nouvelle – 5 points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *