ES : Eternal Sabbath, tome 6 – Fuyumi Soryo

Titre : Eternal Sabbath, tome 6
Saga : ES
Auteur : Fuyumi Soryo
Éditeur : Glénat
Nombre de pages : 220
Quatrième de couverture : Shuro est capable de faire croire n’importe quoi à n’importe qui, de devenir quelqu’un d’autre en claquant des doigts. Il possède un gène étrange qu’il fait qu’il peut entrer dans les cerveaux des autres et s’immiscer dans leurs souvenirs, se créant une histoire avec n’importe qui. Il lit dans les pensées et est capable de les modifier.
Mais Shuro a aussi un alter ego, qui comme lui possède les mêmes facultés, Isaac, mais ne possède pas du tout la même compassion envers le genre humain. Alors que l’un s’interroge sur ses capacités et sa compassion envers les autres, l’autre profite de la situation.

Sur ce coup-là, Sakaki est à tuer. On ne le voit pas dans ce numéro, mais il a fait de la merde dans le tome précédent et ça a des conséquences dramatiques dans celui-ci… OK, ç’aurait pu être bien pire.
Je m’explique : suite à l’ affrontement entre Shuro et Isaac, le jeune ES se retrouve à l’hôpital. Sakaki qui par un heureux hasard arrive à l’école au moment où le gamin est emmené dans l’ambulance, se fait passer pour son père et grimpe dans le véhicule. Dans la chambre, il essaie de le tuer… avec un flingue, mais c’est sans compter les ressources d’Isaac qui se défend en manipulant une infirmière. Bref, Sakaki est mis en déroute, mais avant cela il perd son pistolet et devinez qui le récupère ?
Au début du sixième tome, Isaac fanfaronne avec l’arme auprès de Yuri. Il est bien décidé à faire la peau à Shuro. Tout le temps où la gamine est avec lui, elle se rend compte de qui il est réellement (la scène avec celle qui est sa mère est absolument abjecte, choquante et dégueulasse).
Le charme est rompu et Yuri vole le flingue, ce qui va attirer les foudres d’Isaac sur elle.

C’était un tome aussi perturbant que déroutant qui mêle plein des sentiments différents à la fois : dégoût, angoisse, espoir, tristesse.
Pour la première fois, j’ai senti un côté humain chez Shuro. Ce n’est pas que jusqu’à présent il n’avait pas de sentiments, c’est qu’il se cachait derrière un masque : alternant entre sourire bienveillant et faciès neutre. Là, il se passe des événements douloureux, cela le touche et il le montre. Je l’ai découvert différent et trouvé beaucoup plus attachant que ce qu’il est d’habitude.

J’ai adoré ce sixième tome qui m’a tenue en haleine : il est stressant avec un côté sombre, comme je l’apprécie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *