Seuls, tome 11 : Les cloueurs de nuit – Bruno Gazzotti & Fabien Vehlmann

Titre : Les cloueurs de nuit
Saga : Seuls, tome 11
Auteurs : Bruno Gazzotti & Fabien Vehlmann
Éditeur : Dupuis
Nombre de pages : 48
Quatrième de couverture : Yvan s’est réfugié en Bretagne, dans la maison de vacances de ses parents… du temps où il était vivant. Il survit en récupérant des boîtes de conserve dans les maisons vides et en pêchant des araignées de mer. Pour retrouver ses amis, il ne sait où aller : à Néosalem où le psychopathe Saul a pris le pouvoir ? Ou à Fortville, avec ses Terres-Basses et ses horreurs paranormales ? Un soir, Camille lui rend visite. Par ses propos étonnants et sa connaissance incroyable des quinze familles, Yvan comprend qu’elle est l’Enfant-Minuit, l’élue des familles du mal. Camille le menace : il doit rejoindre ses amis à Fortville sous peine d’avoir la visite des cloueurs de nuit. Puis elle disparaît aussi soudainement qu’elle était arrivée. La nuit suivante, un bus à impériale sort de la mer et déverse une horde d’enfants zombies qui, armés de clous et de marteaux, attaquent le manoir où s’est réfugié Yvan. Commencent alors pour Yvan des nuits de veille, de fuite et de cauchemar dans l’épisode le plus glaçant d’effroi de la série.

Mince, je croyais que le onzième tome était le dernier, mais en fait, il y en a un douzième… en même temps, je voyais mal comment ça aurait pu finir là, tout comme je ne vois pas comment mettre un terme à cette saga lors du prochain… mais on n’y est pas encore, on verra.

Dans cet épisode, on suit Yvan – après Koupchou et Terry, c’est à se demander si on va se faire tous les autres. Yvan vit dans une grande maison dans un village, en attendant de déterminer sa prochaine destination, il regrette de ne pas s’être donné de point de ralliement avec les autres. Camille le rejoint et tente de le convaincre de rejoindre Fortville. Mais il est beaucoup plus malin que Terry et ne se laisse pas berner. Suite à son refus, la blondinette lui envoie les cloueurs de nuit, des enfants zombies dirigés par le Ravaudeur.

Au moins, là, plus de doute, c’est bien Camille l’enfant-minuit… jusque là, je n’en étais pas certaine surtout avec le coup de la main, mais dès les premières pages, elle le confirme. Et elle est flippante, presque autant que l’action du Ravaudeur : quand Yvan s’est réveillé, j’en ai eu des frissons.
Comme le précédent, ce tome sonne un peu comme une interlude, sauf qu’il est quand même moins ennuyeux et un peu plus intéressant parce qu’il soulève un certain nombre de questions : Est-ce que les enfants zombies ont besoin de ce qu’abrite le bus pour exister ? Et si oui, quelles conséquences auraient la disparition de ce nécessaire ? (Dur d’en parler sans spoiler) Est-ce que la main de Neosalem sert réellement à trouver l’enfant-minuit ? Et si elle avait un autre but, lequel ? Quel est le rôle de Leïla dans toute cette histoire ? Comment Dodji va se sortir de sa prison et qui est le prisonnier avec qui il discute ? D’ailleurs cet interlocuteur est-il vraiment un détenu ?

Beaucoup de questions et plus qu’un tome pour y répondre… argh ! J’espère trouver rapidement le douzième à la médiathèque.
J’ai adoré ce numéro et j’ai hâte d’avoir le prochain entre les mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *