Cœur de loup – Katherine Rundell

Titre : Cœur de loup
Auteur : Katherine Rundell
Éditeur : Gallimard
Nombre de pages : 332
Quatrième de couverture : Féodora a grandi parmi les loups. Ils sont tout pour elle et, bientôt, elle deviendra maître-loup, comme sa mère. Mais ce destin extraordinaire est anéanti quand surgit l’armée du tsar, dévastant tout sur son passage. Alors que sa mère est faite prisonnière, l’intrépide Féo part avec sa meute à travers les forêts enneigées de Sibérie. Bravant l’ennemi, le froid, les tempêtes, elle est prête à tout pour la sauver…

J’ai lu ce livre en dernier pour le Pumpkin Autumn Challenge pour 2 raisons :
– la sous-catégorie Nausicaa et la vallée du vent est celle qui m’intéressait le moins donc autant le lire en dernier
– la couverture hivernale semblait indiquer que c’était une bonne lecture tremplin pour le Cold Winter Challenge auquel je vais participer.

Féodora, une jeune fille de 13 ans, habite avec sa mère dans une cabane à l’orée des bois. Elles sont maitres-loups de génération en génération. Leur rôle : ensauvager les loups que la noblesse a élevé comme des animaux de cirque. Elles vivent heureuses jusqu’à ce que le général Rakov vienne les menacer : si elles continuent à s’occuper des loups, ses hommes et lui reviendront s’en prendre à elles.
Lorsqu’une nouvelle louve leur est amenée, elles décident de l’ensauvager rapidement et en secret, mais Ilyas, l’un des jeunes soldats chargé de surveiller le territoire des maitres-loups, surprend Féo en train d’ensauvager la nouvelle venue. L’espion est décidé à la dénoncer jusqu’à ce qu’un événement surprenant lui fasse changer d’avis.

Dès l’avant-propos qui nous explique ce que sont les maitres-loup et leur rôle en Russie, je savais que l’histoire me plairait, mais j’étais loin de m’imaginer à quel point.
Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Elle était passionnante. Ces dernières semaines, je mets du temps à entrer dans les romans que je lis, mais dans celui-ci, ça a été instantané : en simplement quelques lignes, l’auteure est parvenue à m’immerger dans son récit. Sa plume est sympathique, mais c’est surtout l’ambiance qu’elle a instaurée qui m’a envoûtée : un récit proche du conte.

J’ai adoré les personnages.
Féo est effacée, mais elle est attachante.
Si je ne savais pas quoi penser d’Ilyas à la première rencontre, il devient indispensable par la suite et les rares moments où il est absent, il m’a manqué.
Alexeï est chouette, un peu trop exalté à mon goût.
Sur la fin, j’ai redouté que ça se passe mal : j’ai quand même cru que son armée d’enfants allait mener la révolution, ils n’en sont que le premier rouage et lance le truc, mais ne se révolte pas seuls.
Depuis des années, je voue une fascination pour les loups alors en retrouver dans ce roman, les voir évoluer aux côtés de la charmante Féo avec ce respect qu’elle conserve de leur nature sauvage, ça m’a fait chaud au cœur.

C’est un coup de cœur pour cette lecture. Je regrette presque de l’avoir lu si tôt dans l’année, ça aurait été une lecture idéale pour le mois de décembre.

Automne des Enchanteresses
Nausicaä de la vallée du vent (Nature Writting, Ecologie, Nature, Post-Apocalyptique)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.