Mes voisins les esprits, tome 2 – Ushio Shirotori

Titre : Mes voisins les esprits, tome 2
Auteur : Ushio Shirotori
Éditeur : Doki Doki
Nombre de pages : 176
Quatrième de couverture : Yachiho Takahara vient d’emménager sous le même toit que Moro, un vieil esprit qu’elle doit alors aider faire son travail quotidien : renvoyer l’âme de ses pairs dans ce qu’il nomme le “monde éternel”.
Mais si elle est ici, c’est avant tout parce qu’elle est à la recherche des mystérieuses “notes sur le royaume des morts” grâce auxquelles elle est censée pouvoir retrouver sa mère disparue. Et quelque chose nous dit que la jeune fille est loin d’être au bout de ses surprises…
Alors qu’elle commence à perdre espoir, Yachiho va progressivement en apprendre davantage par le biais de son nouveau professeur de sciences humaines. Ce dernier n’est autre que l’énigmatique Kamo, membre d’une étrange organisation qui semble manipuler les esprits…

J’ai ce second tome depuis des mois… depuis sa sortie qui a été septembre 2019 – la vache ! Ça fait si longtemps ?
En tout cas, j’en repoussais la lecture : j’ai tellement aimé le premier que je redoutais que la suite soit moins bien et c’est légèrement le cas.

Yachiho vit dans la maison qui a appartenu à Tachibana, un gars avec qui sa mère travaillait avant que les deux ne disparaissent mystérieusement. La demeure abrite un certain nombre de yokai que voit la jeune fille, et surtout le passage vers le monde éternel. Le gardien du passage, Moro, se lie d’amitié avec notre héroïne et lui vient en aide contre les esprits égarés ou dangereux.
Yachiho, quant à elle, a une mission : retrouver les “notes sur le royaume des morts” rédigé par Tachibana. Elle espère ainsi découvrir ce qui est arrivée à sa mère. Elle n’est pas la seule à les chercher : Kamo également et pour cela, il est prêt à tout. De plus, le nombre croissant de yokai ne facilite pas les choses. Mais pourquoi autant d’esprits apparaissent-ils ?

On découvre de nouveaux esprits : yokai, divinités, gardiens, etc. Et Yachiho, aidée par Moro ou par Kamo (qui fait ça pour la convertir à sa cause), va systématiquement les “affronter”.
Il y a également un nouveau personnage, Kômei, que je n’aime pas du tout – je sens qu’on va se le taper souvent, lui !
Pour moi, ce tome-ci est une vitrine qui sert à nous présenter différents types d’esprits. Les récits qui y ont cours sont sympathiques : le Mikumari avec son apparence d’axolotl est mignon tout plein, l’histoire du Yobiko est joliment poétique même si elle aurait pu l’être davantage avec un chapitre un peu plus long et plus détaillé.
Pourtant, j’ai trouvé ce manga moins bien que le premier en raison de l’ambiance : moins angoissante… enfin, jusqu’à la dernière histoire où là, j’ai vibré et j’ai flippé pour l’héroïne – y a certaines vignettes qui ont fait palpité de panique mon petit cœur. Il faut dire que le Kamo no Mori n’est pas très rassurant : il me fait d’ailleurs un peu penser au sans-visage métamorphosé dans le Voyage de Chihiro.

Les dessins sont toujours aussi beaux et soignés, les ombrages super bien faits. Ça ne m’étonne pas que l’auteur ait eu peur de ne pas le finir à temps.
J’ai malgré tout adoré ce second tome et j’irai chercher le troisième dès demain puisqu’il est sorti cette semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.